BONJOUR ET BIENVENUE SUR LE BLOG GABFLE !




Vous apprenez le français et vous voulez progresser ?

Ce blog est fait pour vous !

Sur GABFLE, il y a des interviews authentiques de personnes francophones, à écouter ou à lire,
des exercices, des remarques de grammaire, de vocabulaire, de prononciation.

Testez ce blog, et laissez des commentaires, ou contactez-moi :



À bientôt !






samedi 23 mai 2009

DOCUMENT AUDIO pour le niveau B1 (Sophie) :

Sophie est allée de Nice à Cannes !



Sophie a 30 ans et habite en Touraine où elle travaille dans une école primaire. Il y a quelques temps, je l’ai interviewée à propos d’un voyage très spécial qu’elle a fait dans le sud de la France. C’était le 9 novembre 2008 mais vous allez voir que cette expérience mérite d’être présentée même si elle n’est plus d’actualité !







COMPRÉHENSION GLOBALE :

Pour commencer, je vous propose d’écouter l’interview une première fois (4 minutes 08). N'écrivez pas. Concentrez-vous sur la signification globale.









COMPRÉHENSION DÉTAILLÉE :
Pour continuer, lisez ces questions. Pendant la prochaine écoute de l’interview, vous allez chercher les réponses à ces questions.

1. Qu’a fait Sophie exactement ?
2. Ce jour-là, quel temps faisait-il dans le Sud ?
3. Ce jour-là, quel temps faisait-il dans la région de Sophie ?
4. Qu’est-ce qui était très chouette dans le Sud ?
5. Où a eu un peu mal Sophie ?
6. Quels étaient les sentiments de Sophie avant de commencer ?
7. En combien de temps a-t-elle fini ?
8. Qu’a-t-elle pensé de son résultat ?
9. Qu’est-ce qui était particulièrement bien dans l’organisation ?
10. Que faut-il pour préparer ce type de course ?
11. Est-ce que Sophie a déjà programmé une autre course de ce type ?
12. Finalement, est-ce que Sophie refera un jour une course de ce type ?



Maintenant, vous allez écouter une autre fois le document audio. Vous pouvez faire l’exercice en même temps.






EXERCICE :
Pour chaque question, cochez la réponse correcte.










TRANSCRIPTION :
Après l’exercice, lisez la transcription et les remarques pour mieux comprendre.


Gab : Bon, Sophie, tu es super sportive et il y a quelques mois tu as fait une grosse grosse course. Tu pourrais raconter ?
Sophie : Donc j’ai fait mon premier marathon, euh, le marathon Nice-Cannes, donc euh, le parcours entre Nice et Cannes. Un marathon, c’est euh, 42 kilomètres et des poussières (1), euh, donc c’était le 9 novembre, sous un soleil radieux (2), il faisait un temps magnifique, alors que… en Touraine il pleuvait à verse (3). Euh, donc le parcours (4) était, euh, longeait (5) la mer, donc c’était, euh, c’était magnifique, c’était très très chouette (6). Et puis, il y avait beaucoup de public pour nous encourager, donc j’ai passé 42 kilomètres, euh, bien, avec des bonnes sensations, un petit peu mal aux cuisses à la fin, mais euh, vraiment très très agréable. Enfin, je m’étais un petit… un petit peu beaucoup (7) entraînée…
Gab : Oui, plutôt beaucoup !
Sophie : Et, euh, et j’ai… j’appréhendais (8), j’appréhendais quand même puisque j’ai fait, euh… en entraînement, j’ai couru maximum 2 heures et demie, donc au bout de deux heures et demie de course, on se dit on est dans l’inconnu, on n’a jamais essayé, on, enfin, on n’a jamais fait ça. Donc, euh, voilà, j’ai mis 4 heures 11, je crois et j’étais contente de mon, de mon, de ma performance, enfin pour moi. Et puis, euh, voilà, donc c’était une super organisation, du public, euh, plein d’encouragements (9).
Gab : Et il y avait du ravitaillement (10), justement, sur le trajet ?
Sophie : Oui, tous les 5 kilomètres, euh, donc du ravitaillement : des boissons, à manger. Non, tout était très bien organisé, il y avait même des toilettes, parce que c’est un problème quand on court ! [rires]
Gab : Oui, 42 kilomètres sans aller aux toilettes !
Sophie : Surtout en buvant pas mal (11) ! Donc euh, c’était super bien ! Une super expérience ! Donc à renouveler, à renouveler dès que possible ! On verra, sur un prochain marathon ou un trail, ou une course d’orientation…
Gab : Donc tu te prépares pour un prochain marathon, déjà ?
Sophie : Euh, peut-être, pour l’instant, j’ai un peu mis, euh, l’entraînement entre parenthèses (12) parce que ça prend beaucoup de temps, enfin il faut minimum trois entraînements par semaine avec quand même des grosses sorties de 1 heure et demie – deux heures à prévoir donc ça fait beaucoup de… il faudrait arrêter de travailler, c’est pas possible ! Donc, donc, euh ben on verra bien pour une prochaine. Mais ça sera pas le premier, je pense, enfin pas le dernier, enfin le premier mais pas le dernier, on peut dire ça comme ça !
Gab : D’accord, ben très bien, merci !
Sophie : De rien !


Remarques sur le vocabulaire :

1) Et des poussières =
et un peu plus.
2) Radieux = très fort, qui brille fort (quand on parle du soleil) mais radieux signifie aussi « très heureux » quand on parle de quelqu’un à un moment donné.
3) Il pleuvait à verse = il pleuvait très fort.
4) Le parcours = le chemin pour aller d’un point à un autre.
5) Longer = allez le long de quelque chose, aller en suivant le bord de quelque chose.
6) Chouette = sympa.
7) Un petit peu beaucoup : c’est une façon de parler, Sophie s’est beaucoup entraînée !
8) Appréhender = (ici) avoir peur, s’inquiéter par avance.
9) Plein d’ / Plein de = (un peu familier ici) beaucoup de.
10) Le ravitaillement = (lors d’une course) l’alimentation et les boissons fournies par des organisateurs.
11) Pas mal = (ici) beaucoup.
12) J’ai un peu mis, euh, l’entraînement entre parenthèses = j’ai provisoirement arrêté l’entraînement.

L'équipe avec laquelle Sophie s'est préparée :













Des photos de la côte d'Azur dont une vue de satellite qui montre le trajet de la course :






samedi 16 mai 2009

DOCUMENT ECRIT POUR LE NIVEAU A2 (Jeanne) :


L’e-mail de Jeanne.





Voici un petit document pour travailler sur les e-mails que j’ai obtenu grâce à Jeanne. Jeanne a une trentaine d’années, elle est née en Lettonie, à Riga, mais elle habite à Barcelone, en Espagne, depuis longtemps. Elle parle couramment français parce qu’elle est prof de français.


Photo de Jeanne à Orléans devant la statue d'une autre Jeanne, très célèbre, Jeanne d'Arc !



DOCUMENT ÉCRIT :
Lisez l’e-mail.












EXERCICE
:
Choisissez la réponse correcte.



Service offert par Quizz.biz




lundi 11 mai 2009

DOCUMENT ECRIT pour le niveau B1 (Patricia et Christian) :

Patricia et Christian s’installent à Soria !



Patricia et Christian changent de vie... Ils m’ont envoyé un e-mail où ils racontent leur déménagement.






1) LE DÉBUT DE L’HISTOIRE SI VOUS NE LA CONNAISSEZ PAS :

Tout d’abord, si vous n’avez pas écouté leur précédente interview, où ils expliquent pourquoi ils déménagent, vous pouvez l’écouter ici :





Vous pouvez aussi faire les activités de niveau A2 (mais pas trop faciles…) : pour cela, cliquez ici.





Une panda comme celle de Patricia et Christian.





2) LA SUITE DE L'HISTOIRE :

LE TEXTE DE L’E-MAIL :
Voici une image de l’e-mail de Patricia et Christian. Pour voir l'e-mail en gros, cliquez sur l'image
(une autre fenêtre va s'ouvrir).
Lisez rapidement cet e-mail une première fois (sans chercher à tout comprendre) puis faites l'exercice de compréhension globale. Vous ferez ensuite les exercices de compréhension détaillée et de vocabulaire.



Information : C’est moi qui ai rajouté les numéros qui correspondent aux remarques que vous pourrez regarder après avoir fait les exercices.











COMPRÉHENSION GLOBALE :
Imaginons que le jour-même, je parle de cet e-mail à d’autres amis. Que vais-je leur dire ? Faites une première lecture rapide de l’e-mail, pour comprendre le sens global. Puis complétez les phrases avec la réponse correcte.








COMPRÉHENSION DÉTAILLÉE :

Et maintenant, répondez aux questions suivantes pour vérifier que vous avez bien compris l’e-mail.





VOCABULAIRE :
Est-ce que vous comprenez bien les mots et expressions utilisés ici ? Faites ce quizz pour vérifier. Vous n’avez pas forcément besoin de votre dictionnaire : le contexte d’utilisation des mots va beaucoup vous aider. N’oubliez pas : « comprendre », c’est toujours un peu « deviner »… ;-)






REMARQUES COMPLÉMENTAIRES :

Pour commencer, quelques indications générales de vocabulaire :

- Déménager = changer de logement.
- Emménager = arriver dans un nouveau logement, s’y installer.
- Aménager un logement = l’organiser, le meubler, etc.

- Un propriétaire = celui qui possède (qui a) un logement et qui le loue.
- Un locataire = celui qui loue (et qui occupe) un logement.

- Louer = ce que fait le propriétaire. Exemple : Le propriétaire loue un charmant appartement au locataire.
- Louer = ce que fait le locataire, aussi ! Exemple : Le locataire loue un charmant appartement au propriétaire.
- Le loyer = la somme d’argent que l’on donne chaque mois au propriétaire d’un logement.
- La location = le fait de louer (un vélo, une voiture une maison…).



Et ensuite, des explications de grammaire et de vocabulaire :

1) Buenas tardes : c’est la façon de dire bonjour en espagnol l’après-midi. Mais en français, cela n’existe pas : on dit « Bonjour » à ce moment-là de la journée. « Bonne après-midi » existe mais pour souhaiter une bonne après-midi, au début de l’après-midi, quand on quitte quelqu’un. De la même manière, le matin, on dit « Bonjour » pour saluer, quand on arrive, ou quand on rencontre quelqu’un et « Bonne journée » quand on quitte quelqu’un pour lui souhaiter de passer de bons moments pendant la journée qui commence. Et le soir, on dit « Bonsoir » quand on arrive, ou quand on rencontre quelqu’un et on dit « Bonne soirée » quand on quitte quelqu’un pour lui souhaiter de passer un bon moment le soir.
2) Tout s’est enchaîné = tout s’est passé très vite.
3) Finalisation des cartons = on a fini complètement les cartons, on a terminé l’emballage des cartons. Dans cet e-mail, Patricia a fait le choix de ne pas tout rédiger, de ne pas tout écriture. C’est pour aller un peu plus vite, comme dans les télégrammes autrefois. Mais d’habitude, dans un e-mail pour donner des nouvelles, on préfère des verbes conjugués.
4) Le bout = (ici) la fin.
5) L’état des lieux = dans une situation de location de logement, on distingue l’état des lieux d’entrée et l’état des lieux de sortie. Quand on arrive, le propriétaire (ou l’agent immobilier) va inspecter le logement pour voir s’il n’y a pas de problèmes. Comme ça, s’il y a des problèmes, le nouveau locataire n’en sera pas déclaré responsable. Et quand on part, il y a l’état des lieux de sortie : s’il y a des choses cassées, endommagées, le propriétaire peut demander au locataire de les payer. Mais en général, s’il y a des choses endommagées, le propriétaire ne rend pas toute la caution (l’argent donné comme garantie).
6) Panneaux de stationnement interdit loués : Patricia et Christian habitaient dans une petite rue de Tours donc ils ont loué des objets pour interdire aux autres voitures de se garer devant leur porte d’entrée le jour du déménagement. En général, quand on emménage ou déménage, il faut d’ailleurs faire une déclaration officielle à la mairie.
7) À cause de : expression de la cause. Mais « à cause de » a un sens négatif. Son synonyme « grâce à » a un sens positif. Et leur synonyme « en raison de » est neutre. Après ces 3 expressions, il y a un nom. Pour travailler l’expression de la cause (et de la conséquence), consultez le site espagnol (!) Les pages du FLE.

8) L’appart = l’appartement (on dit plus souvent « l’appart » que « l’appartement ».
9) Un verre de Monbazillac = le Monbazillac est un vin blanc doux du Sud-ouest de la France (juste à côté de la petite ville de Bergerac).
10) Dépôt des clés = on a laissé les clés.
11) Nous sommes très contents que le déménagement soit fini : après « être content que » (comme après « être triste que », « être déçu que » (et après tous les adjectifs de sentiments), on met le subjonctif. Pour travailler le subjonctif, consultez le site Polarfle.
12) Déballer = sortir des cartons, sortir des paquets.
13) Se retourner = normalement, « se retourner » = faire demi-tour, ou regarder derrière, mais ici = s’adapter à des circonstances nouvelles.
14) D’ores et déjà = dès maintenant, dès aujourd’hui.

Vous pouvez trouver les remarques complémentaires de grammaire et vocabulaire en format PDF (quand la page s'ouvre, cliquez sur "téléchargez le fichier") !


jeudi 7 mai 2009

DOCUMENT AUDIO pour le niveau A2 (Patricia et Christian) :

Patricia et Christian déménagent !


Patricia et Christian se connaissent depuis 2004. Ils vivent maintenant en couple. Patricia est française et Christian a deux nationalités : il est vénézuélien mais aussi espagnol. Ils ont tous les deux une trentaine d’années. Ils parlent ici de leur déménagement.





COMPRÉHENSION GLOBALE :
Le document est un peu long. Pour commencer, je vous propose donc d’écouter l’interview une première fois
(4 minutes 08). N'écrivez pas. Concentrez-vous sur la signification globale.




COMPRÉHENSION DÉTAILLÉE :


Pour continuer, lisez ces questions. Pendant la prochaine écoute de l’interview, vous allez chercher les réponses à ces questions.


1) Pourquoi est-ce qu’il y a une fête le soir de l’interview ?
2) Pourquoi ont-ils choisi l’Espagne ?
3) Quelle est la profession de Christian ?
4) Que pense Patricia de ce déménagement ?
5) Que va faire Patricia d’abord ?
6) Que va probablement faire Patricia plus tard ?
7) Pour le déménagement, que veut faire Christian ?
8) Que pense Christian de la solution de Patricia ?
9) Quelle émotion ressent Patricia avant le déménagement ?
10) Et quels sentiments ressent Christian avant le déménagement ?
11) Comment est-ce que Patricia imagine sa vie là-bas ?
12) Pour Christian, qu’est-ce qui est important dans la vie ?


Maintenant, vous allez écouter une autre fois le document audio. Vous pouvez faire l’exercice en même temps.




EXERCICE :
Pour chaque question, il y a une seule réponse correcte.





TRANSCRIPTION :
Après l’exercice, lisez la transcription et les remarques pour comprendre mieux Patricia et Christian.


Gab : Bonsoir Patricia et Christian. Ben*, vous habitez en France, à Tours mais ce soir on fait une soirée parce que vous allez bientôt partir de (1) Tours et partir de France. Peut-être que (a) vous pouvez nous expliquer pourquoi ?
Patricia : Ben oui, c’est la soirée d’adieux (2), on va bientôt partir (b) pour l’Espagne, donc voilà, petite réunion entre amis, pour se dire au revoir et… à bientôt, j’espère.
Gab : Et pourquoi l’Espagne, alors ?
Christian : Bon, parce que c’est là-bas on… j’ai trouvé un emplacement de travail (3), donc, euh**, on déménage (4) !
Gab : D’accord. Et qu’est-ce que tu vas faire (c) en Espagne, comme travail ?
Christian : Exercer ma (correction : mon) métier que c’est (correction : qui est) la médecine, donc là-bas, j’ai la possibilité d’exercer la médecine (5), j’ai une équivalence de diplômes que je n’ai pas eue en France (6), donc, euh, je vais là-bas.
Gab : Et toi Patricia, tu pars sans hésiter ?
Patricia : Ah oui ! Avec enthousiasme ! [rires] Voilà, partir à deux, c’est un peu plus facile que seul, donc…
Christian : J’espère qu’avec enthousiasme !
[rires]
Patricia : Bien sûr ! Mais avec toi, surtout !
Christian : Ah bon ! (7)
Gab : Alors Patricia, qu’est-ce que tu vas faire là-bas, toi ?
Patricia : Ben, dans un premier temps, euh, m’acclimater, m’habituer, euh, voilà, me familiariser (8) avec la langue.
Christian : Perfectionner (9) l’espagnol !
Patricia : Exactement ! Et puis ensuite, peut-être enseigner (10) le français aussi. Mais, voilà, je prendrai mon temps, je pense.
Christian : Bon, je pense qu’elle pourra (d) faire des cours particuliers ou des traductions en ligne ou des (correction : du) télé-travail (11). Maintenant, il y a pas mal de (12) possibilités de travailler, s…
Gab : Et alors, donc, vous allez partir bientôt, vous préparez votre déménagement ? Comment est-ce que vous préparez ça ?
Patricia : Ben petit à petit (13) mais euh, voilà, il va falloir préparer les cartons, s’organiser, mais voilà, en une semaine ou deux, ça devrait être prêt, je pense.
Christian : Oui, mais moi, je veux acheter les cartons pour faire ça tout simple et rapidement. Patricia veut aller de magasin en magasin pour demander des cartons – que (correction : et) je trouve ça ridicule ! Mais bon… c’est comme ça !
[rires]
Gab : C’est compliqué, un déménagement !
Patricia : Un peu, un peu, faut s’organiser !
Gab : Donc vous vous sentez dans quel état d’esprit, vous vous sentez comment ?
Patricia : Ben… un peu stressée quand même par, par le côté un peu aventure mais, non, ravie (14) de commencer autre chose !
Christian : Et toi, Christian, tu ressens un peu de stress aussi ?
Christian : Mais non ! Pas du tout de stress, je sais où je vais, je connais l'Espagne (e), donc, euh, pour moi, c’est pas (f) « partir à l’aventure », je sais ce que je veux faire, donc euh, j’ai mes objectifs clairs ! Donc, c’est pas… des aventures ni de stress ! C’est calmement, comme aller au supermarché le dimanche matin, pour acheter de la nourriture.
Gab : D’accord : la routine, le quotidien (15), quoi…
Christian : Mais oui !
Patricia : Juste ailleurs (16), c’est tout !
Christian : Mais oui !
Gab : Et comment vous imaginez votre vie là-bas ?
Patricia : Ben… ça dépend dans quelle région on va habiter, donc, euh… Non, ça dépend si on est sur la côte (17), ça dépend… mais non, avec, euh, optimisme…
Christian : Bon, ben moi, c’est plus philosophique, on va dire. Je… ma vie, c’est moi qui me la fais, c'est moi qui la fais donc, euh, je l’imagine comme je la fais jusqu’à maintenant. C’est simple, comme ça.
Gab : Tout va bien se passer ?!
Christian : Mais oui, mais bien sûr !
Gab : Patricia, le mot de la fin ?
Patricia : Oh, je partage son opinion (18), sans problème !
Gab : Ben écoutez, merci beaucoup à tous les deux. C’était très sympa.
Christian : Bon merci…
Gab : Bon déménagement, bon courage.
Patricia : Merci, à bientôt.
Christian : Merci, à bientôt.


Remarques sur les manières de parler :

* Ben : a pour origine « Eh bien » et s’utilise pour commencer une phrase ou une explication. Mais c’est un peu familier.
** Euh : quand on hésite en français (quand on cherche ses mots), on dit souvent « euh ».

Remarques de grammaire :

a) Peut-être que : n’oubliez pas le « que » après « Peut-être ».
b) On va partir : c’est le futur proche ici (verbe « aller » au présent + verbe principal à l’infinitif) parce que Patricia parle d’un futur changement. Le site
Polarfle peut vous aider à réviser le futur proche.
c) Tu vas faire : c’est le futur proche ici aussi car je parle de quelque chose de très proche dans le futur (c’est très bientôt).
d) Elle pourra : c’est le futur simple ici car il s’agit d’une programmation. N’hésitez pas à consulter le site Internet
Polarfle pour une petite révision du futur simple.
e) Je sais où je vais, je connais l’Espagne : « savoir » et « connaître » sont synonymes mais s’utilisent de manière différente. Voici une explication rapide :

SAVOIR + où…, quand…, pourquoi…, comment…, qui…, etc.
Et aussi : SAVOIR + verbe à l’infinitif. Exemples : « Je sais nager », « Je sais créer un blog ».
De plus, « Je sais. » = Je suis informé(e).
CONNAÎTRE + article + nom (lieu, personne, science, etc.). Exemples : « Je connais la Lettonie », « Je connais Patricia et Christian », « Je connais bien la grammaire française ».
f) C’est pas : la forme correcte est « ce n’est pas » mais la majorité des personne francophones (et aussi les étrangers qui connaissent très bien le français comme Christian) oublient toujours le « ne » de la négation à l’oral. C’est une erreur que tout le monde fait !


Remarques de vocabulaire :


1. Partir de = quitter.
2. Les adieux = le moment de la séparation, le moment de se dire au revoir.
3. Un emplacement de travail : c’est mieux de dire un « poste ».
4. Déménager = changer de lieu d’habitation.
5. La médecine : c’est la spécialité. Le médecin est la personne : Il est médecin / Elle est médecin.
6. J’ai une équivalence de diplômes que je n’ai pas eue en France : cela signifie que le diplôme vénézuélien de Christian n’est pas accepté en France (les conditions sont trop strictes) mais qu’il est accepté en Espagne (du moins, plus facilement). C’est un peu absurde mais c’est ainsi…
7. Ah bon ! : normalement, on dit cela quand on est surpris mais ici, Christian dit cela par ironie surtout.
8. S’acclimater à = s’habituer à = se familiariser avec.
9. Perfectionner = améliorer.
10. Enseigner = travailler comme professeur.
11. Le télé-travail = le travail à distance.
12. Pas mal de = assez de, beaucoup de (mais « pas mal de » est un peu familier, non standard).
13. Petit à petit : progressivement.
14. Ravi / ravie = très content / très contente.
15. Le quotidien = la vie de tous les jours. Et un journal quotidien est un journal qui sort tous les jours.
16. Ailleurs = dans un autre lieu, dans un autre endroit. On dit « ailleurs » quand ce n’est pas ici.
17. Sur la côte = au bord de la mer, au bord de l’Océan.
18. Je partage son opinion = je suis d’accord avec lui.

Et pour travailler le vocabulaire de la maison, vous pouvez utiliser le site
Lexiquefle, qui est très bien fait. Cliquez sur la section « MA MAISON ».

dimanche 3 mai 2009

DOCUMENT AUDIO pour le niveau B1 (Hubert) :

Hubert a changé de travail !



Hubert a 30 ans, il habite dans un petit village de Gironde mais il travaille dans la périphérie de Bordeaux. Il a déjà répondu à une interview à propos de ses goûts musicaux l’an dernier mais cette fois-ci, c’est de sa vie professionnelle qu’il nous entretient.










PRÉPARATION AVANT D’ÉCOUTER :
Tout d’abord, je vous propose de faire cet exercice de vocabulaire sur les énergies renouvelables afin de préparer l’écoute de l’interview d’Hubert.





DOCUMENT AUDIO :
Avant d’écouter l’interview d’Hubert, lisez ces questions pour savoir quelles informations vous devez relever.


1. Que fait Hubert depuis 9 ans ?
2. Comment Hubert a-t-il trouvé son nouveau travail ?
3. Que fait son entreprise avec les systèmes solaires photovoltaïques ?
4. Qui sont les clients de son entreprise ?
5. Qui sont les clients professionnels principaux ?
6. Selon Hubert, quel est l’avantage principal pour ceux qui font installer des panneaux solaires ?
7. Pourquoi apprécie-t-il beaucoup son nouveau travail ?
8. Que représente la ville de Mérignac pour l’entreprise ?
9. Comment est l’équipe avec laquelle travaille Hubert ?
10. Comment se sent Hubert maintenant ?


Ecoutez maintenant le document audio, plusieurs fois si nécessaire (il dure 3 minutes 03).




EXERCICE :
Pour chaque question, choisissez la réponse correcte.




TRANSCRIPTION :
Après l’exercice, lisez la transcription et les remarques pour avoir des précisions complémentaires.


Gab : Hubert, tu as changé de boulot (1) récemment (2). Est-ce que tu peux expliquer ce que tu faisais et ce que tu fais maintenant ?
Hubert : Euh*, oui, avec plaisir. Euh, comment dire, euh ? Oui, bé** moi, j’ai, je travaille dans le bâtiment (3) depuis (a), euh, depuis, euh, 9 ans maintenant. Et, euh j’ai toujours travaillé dans un bureau d’études en électricité et, euh, il y a (b) quelques mois, il y a une entreprise, euh, une entreprise qui m’a contacté pour, euh, qui recherchait des, des gens qualifiés pour euh, pour faire, pour un poste de technicien en bureau d’études. L’originalité, c’est que c’est une entreprise qui travaille dans le, dans l’énergie, dans l’installation de systèmes solaires photovoltaïques donc euh, production d’énergie électrique par la lumière du soleil.
Gab : Et ça s’adresse à qui, ces installations ?
Hubert : Euh, les gens concernés sont des particuliers ou des professionnels, donc, euh, c’est des installations, euh, sur des toitures (4) de bâtiments que l’on, que l’on réalise et que l’on vend. Donc, euh, ça peut aller de, des, de petites installations de quelques panneaux solaires (5) sur des toitures de maisons particulières à quelques milliers de mètres carrés sur des toitures de bâtiments industriels ou agricoles. Donc en l’occurrence (6) les, les clients professionnels sont, sont plus particulièrement des agriculteurs.
Gab : D’accord, ouais***. Et c’est quoi l’intérêt, pourquoi c’est bien ?
Hubert : Alors, euh, l’énergie photovoltaïque, en fait, se revend à EDF (A) de manière assez, euh, assez intéressante (7). Donc ça c’est une directive (8) gouvernementale pour, euh, justement, développer les énergies alternatives.
Gab : Donc euh, si je fais mettre ça sur ma maison, après, c’est EDF qui me paye, qui me donne de l’argent.
Hubert : Tout à fait (9), oui, oui.
Gab : D’accord, oui.
Hubert : Tout à fait, c’est de la production, tout simplement, donc, euh, ça peut être utilisé en, en consommation personnelle mais bon après ça demande d’autre, d’autre matériel plus lourd et c’est, c’est un investissement (10) plus conséquent (11). Mais euh…
Gab : Et au niveau du (12) quotidien, c’est bien ton travail ?
Hubert : Ah, là, mon travail est très intéressant, ouais, c’est une entreprise jeune, dynamique, euh, qui, qui démarre (13), qui a démarré il y a trois ans, ou il y a même deux ans, je crois. Donc euh, là, on a intégré des bureaux à Mérignac (B), donc, euh la boîte (14) est de, est originaire de Paris et s’est, elle vient de s’installer (c) il y a quelques mois à Mérignac. Donc c’est bien parce que je suis, je travaille vraiment avec une équipe toute jeune, qui, qui se forme, enfin, qui commence, quoi****. La structure est, est en train de naître (15) et on met plein de (16) choses en place (17), euh, c’est, c’est, enfin c’est aujourd’hui qu’on, qu’on détermine un peu la manière de travailler de l’entreprise.
Gab : Donc tu regrettes pas***** du tout ce changement ?
Hubert : Non, pas du tout, non, non ! Je suis bien content. Ça m’a redonné de la motivation dans le travail parce que j’avais passé 8 ans dans une même boîte et ça devenait, euh, assez lassant (18).
Gab : D’accord, bon, ben merci beaucoup Hubert.
Hubert : Ben de rien, à bientôt.

Remarques sur les manières de parler :

*Euh : « euh » n’est pas un mot mais le réflexe de langage le plus fréquent quand on hésite un peu, quand on cherche ses mots.
**Bé : comme « ben », « bé » (ces mots ne s’écrivent normalement pas) vient de « Eh bien » et sert à introduire une explication, un récit.
*** Ouais = forme familière de « oui ».
****…, quoi ! : c’est une habitude de langage, il y a beaucoup de gens qui finissent leurs phrases ou leurs explications par « quoi ! » mais cela n’a pas vraiment de sens. Parfois aussi, il y a des gens qui répètent « en fait » au début ou à la fin d’une phrase.
***** Tu regrettes pas : à l’oral, on oublie le « ne » la plupart du temps.



Remarques de grammaire :
a) Depuis : sert à exprimer une durée. Quand on parle d’un événement qui a commencé dans le passé et qui n’est pas terminé au moment où on parle, on peut utiliser « depuis ». En général, « depuis » s’utilise avec le présent (mais on trouve aussi des utilisations avec l’imparfait). Exemple : « Je fais le blog Gabfle depuis presque un an ». Il existe deux autres structures équivalentes : « Ça fait presque un an que je fais le blog Gabfle ». / « Il y a presque un an que je fais le blog Gabfle ». N’oubliez pas le « que », sinon, ce n’est plus une durée que vous exprimez, lisez juste après.
b) Il y a : sert à parler d’un moment passé. Quand on parle d’un événement ponctuel, passé, terminé, c’est « il y a » qu’on utilise (avec le passé composé). Exemple : « J’ai commencé le blog Gabfle il y a presque un an ». Ici, le verbe « commencer » insiste sur le début de l’action, en juin 2008.
c) Vient de s’installer : s’est installée il y a peu de temps. « venir de + infinitif » est la structure du passé récent.


Remarques de vocabulaire :
1) Le boulot = le travail.
2) Récemment = il n’y a pas longtemps.
3) Dans le bâtiment = « dans le secteur du bâtiment de la construction ». On dira aussi « dans le domaine de… ». Mais très souvent, comme Hubert ici, on choisit le raccourci « dans + nom de la spécialité », par exemple : « Il travaille dans la restauration », « Je travaille dans l’enseignement », etc.
4) Une toiture = la surface supérieure d’une maison, d’un bâtiment (= le toit) avec en plus son armature, la structure qui le renforce.
5) Des panneaux solaires : c’est assez difficile à expliquer simplement… Il s’agit des installations qu’on met sur la toiture d’une maison pour capter l’énergie solaire. Mais regardez la photo en bas, vous comprendrez beaucoup plus vite !
6) En l’occurrence = dans le cas présent.
7) intéressante = d’un point de vue financier, évidemment.
8) Une directive = une indication, une ligne de conduite. Mais normalement, on utilise « directives » pour les textes de l’union européenne.
9) Tout à fait = exactement.
10) Un investissement = une dépense d’argent un placement d’argent.
11) Conséquent = (ici) important. Normalement, « conséquent » signifie « logique », « cohérent » (vous connaissez bien sûr le mot « conséquence »). Mais très souvent les gens, les médias l’utilisent pour dire « important », « considérable ».
12) au niveau de… = « en ce qui concerne… ».
13) Démarrer = (ici) « commencer » ou « commencer à réussir ». Plus généralement, « démarrer » signifie « commencer à fonctionner, à rouler » (pour un véhicule en particulier).
14) Une boîte (ou « boite » avec la nouvelle orthographe) = (ici) une entreprise, de manière familière. Mais attention, souvent, « boîte » signifie aussi discothèque, de façon familière également. Au sens premier du terme, une boîte est bien sûr un récipient qui peut contenir d'autres choses, où on peut ranger des choses.
15) Naître = (normalement) « commencer à vivre ». Mais ici, = « commencer à se développer ».
16) Plein de = beaucoup de (c’est familier mais très utilisé).
17) Mettre quelque chose en place = organiser quelque chose, installer quelque chose.
18) Lassant = fatigant.
Des panneaux solaires sur une maison :
Remarques culturelles :A) EDF = Electricité de France, l’opérateur principal d’électricité en France.
B) Mérignac : une ville de la périphérie de Bordeaux, là où se trouve l’aéroport de Bordeaux en particulier.




Et pour en savoir plus sur cette énergie alternative, regardez cet extrait d’un journal télévisé français :