BONJOUR ET BIENVENUE SUR LE BLOG GABFLE !




Vous apprenez le français et vous voulez progresser ?

Ce blog est fait pour vous !

Sur GABFLE, il y a des interviews authentiques de personnes francophones, à écouter ou à lire,
des exercices, des remarques de grammaire, de vocabulaire, de prononciation.

Testez ce blog, et laissez des commentaires, ou contactez-moi :



À bientôt !






vendredi 30 octobre 2009

DOCUMENT AUDIO pour le niveau B2 (Aurélie et Nicolas) :

Aurélie et Nicolas ont fait de la montgolfière !



Aurélie et Nicolas habitent en région parisienne mais il y a quelques temps ils sont venus en Touraine pour une expérience très spéciale : un vol en Montgolfière…








DOCUMENT AUDIO (3 minutes 34) :
Tout d’abord, je vous propose d’écouter l'interview une première fois, sans faire l’exercice, pour comprendre globalement de quoi il s’agit.






Puis, avant d’écouter de nouveau l’interview, vous pouvez lire ces questions qui vous indiquent quelles informations vous allez devoir comprendre.

1. Pour expliquer la raison de leur venue en Touraine, Nicolas fait allusion au Vélib’ (système de vélos à Paris). C’est pour dire qu’Aurélie…
2. À quelle heure sont-ils sortis du lit ce matin-là ?
3. Nicolas explique que ce lever matinal était…
4. Comment se sentaient-ils quand ils sont arrivés à la montgolfière ?
5. Que s’est-il d’abord passé, quand ils sont arrivés ?
6. Comment est l’envol ?
7. Est-ce qu’ils ont eu le vertige ?
8. Que pense Nicolas de la vue du vide ?
9. Qu’est-ce qu’Aurélie a particulièrement apprécié ?
10. Combien de temps sont-ils restés en l’air ?
11. Que peut faire le pilote avec sa montgolfière ?
12. Qu’est-ce qui est difficile pour les pilotes ?
13. Qu’est-ce qui a été un peu « dur » à l’arrivée ?
14. Comment se sont sentis Aurélie et Nicolas à l’issue de leur vol ?





Écoutez ensuite de nouveau l’interview. Vous pouvez faire l’exercice ci-dessous en même temps.




EXERCICE :
Et maintenant, pour chaque question, choisissez la réponse correcte.




Service offert par Quizz.biz

Quelques photos prises ce jour-là par Nicolas et Aurélie :





































































TRANSCRIPTION :
Lisez enfin la transcription de l’interview et les remarques pour mieux comprendre comment Aurélie et Nicolas s'expriment.


Gabrielle : Aurélie et Nicolas, vous avez fait une expérience assez nouvelle hier, peut-être que vous pouvez nous la raconter ?
Aurélie : Ben* oui, avec plaisir !
Nicolas : Oui, oui, donc, ben, Aurélie en avait un peu marre de (1), de faire du Vélib’ à Paris (2), donc on s’est dit, « finalement, on va faire un peu de Montgolfière en Touraine ! ». Et donc on est arrivés (a), à, à 6 heures du matin, euh, à la Montgolfière, donc ça voulait dire se lever à 4 heures et demie… C’est un bel exploit pour un samedi matin ! Et on est arrivés, euh, beau, beau soleil, euh, la Montgolfière prête à partir. Bon, un peu émouvant, un peu, un peu, un peu de stress !
Gabrielle : Mmh… Quand même ! C’est logique !
Nicolas : Voilà !
Aurélie : En fait, on a assisté à tout, toute l’installation. Donc on a vu la, la Montgolfière se, se faire gonfler, avec, avec l’aide des (3) ventilateurs. Donc voilà, on a assisté à toute la préparation. Et puis, puis on est partis, on s’est envolés (4) ! Donc euh, donc c’est vrai, c’était vraiment chouette (5) de… parce que c’est très doux comme, comme envol. Donc on va très doucement et on arrive, quand même, assez haut ! Donc euh, donc ça fait une belle balade (6) et on a une, vraiment une très belle vue au petit matin, de la Touraine !
Nicolas : Voilà !
Gabrielle : Vous n’avez pas eu le vertige, une sensation de stress impossible à contenir ?
Nicolas : Non, ça a été, ça a été ! C’est vrai que le… euh, finalement, il n’y a pas grand-chose pour nous retenir. On a juste la, la rambarde, on peut se pencher au-dessus du vide, prendre la, la photo de l’autoroute juste en dessous. Donc c’est un peu impressionnant mais, euh, c’est vrai que par rapport à l’avion c’est, je pense que c’est plus doux, c’est plus…
Aurélie : Ouais, ouais…
Nicolas : Il y a moins la sensation de vertige.
Aurélie : Ouais**, et c’est très silencieux, en fait, parce que, hormis (7) le bruit que, que fait la, [Nicolas : L’air.] l’air chaud et, et le gaz qui sort pour chauffer l’air, euh, c’est, c’est très… il y a pas de bruit en fait, c’est vraiment très silencieux et, et on a vraiment l’impression d’être au milieu, ouais, au milieu des, des nuages, presque, et de la nature et c’est, c’est très paisible (8) comme, comme promenade…
Nicolas : Avec les chevreuils (9) qui, qui courent dans les champs (10) de blé, réveillés par la Montgolfière. [Aurélie : Ouais] [Gabrielle : aussi, ouais…] Voilà !
Gabrielle : Et ça a duré longtemps ?
Nicolas : Et alors c’était… normalement, ça durait une heure et finalement ça a duré seulement une demi-heure. Mais le, en fait la montgolfière, on sait jamais vraiment quand est-ce que… quand est-ce que ça va se terminer parce que, ils sont pas vraiment maîtres de, de la trajectoire (11), et de l’endroit où ils vont se poser donc ils sont… la montgolfière, elle subit le vent et finalement, le, le, alors, je sais pas comment dire, le « pilote », est obligé, il peut juste adapter… [Aurélie : Monter ou descendre] monter ou descendre, mais il peut pas du tout agir sur la trajectoire du ballon et donc là, il se trouve qu’il y avait une, une forêt qui pouvait être dangereuse donc il a fait le choix de, de se poser (12) avant et ça a duré moins longtemps que prévu !
Aurélie : Voilà, parce qu’en fait, ce qui est difficile, c’est qu’on sait jamais trop où, où on va pouvoir se poser lorsqu’on monte. Donc en fait, il y a quand même un stress du pilote, euh, qui, de savoir où, dans quel champ il va pouvoir atterrir. Donc il faut pas qu’il y ait (b) de forêt, qu’il y ait de ligne électrique, voilà il y a plein de (13) contraintes (14) et donc il faut faire attention à tout ça et là, vu que (c) la zone où on était, euh, avait beaucoup de contraintes, on a, le vol a duré un petit peu moins longtemps et on a atterri, euh…
Nicolas : Au bout d’une demi-heure.
Aurélie : Voilà, un petit peu plus tôt que prévu.
Nicolas : Et on a eu droit quand même à un petit verre de vouvray (15), euh, à 8 heures du matin pour, pour fêter, pour fêter le petit vol !
Aurélie : C’était un peu dur !
Gabrielle : Le petit verre de vin à 8 heures du matin, c’est vrai que c’est dur !
Aurélie : C’était pas évident mais c’était la fête ! On était content d’être arrivés ! Non, non, c’était vraiment, voilà, une belle expérience ! À refaire peut-être !
Gabrielle : Bien. Ben merci pour ce récit !
Aurélie : Merci !
Nicolas : Merci !
Gabrielle : À bientôt pour une autre interview, peut-être…
Nicolas : Oh oui, alors*** !
Aurélie : Et un nouveau moyen de transport*** !
Gabrielle : Qui sait ? Pourquoi pas ?!



Remarques sur la prononciation et les habitudes de langage :
Vous l’avez sans doute remarqué, Aurélie et Nicolas parlent assez vite mais leurs prononciations sont assez caractéristiques du français standard de France. Vous ferez attention en particulier au fait qu’ils ne prononcent pas les « e muets », par exemple « petit » est prononcé [pti]. Mais c’est normal, et Nicolas et Aurélie ne parlent pas mal du tout ! Je le précise, aussi, au cas où ils liraient ces remarques… ;-D
Autres remarques :
* Ben : « ben » vient de « Eh bien » et s’utilise quand on cherche un peu ce que l’on va dire, pour commencer un récit ou une explication par exemple.
** Ouais = la forme familière, orale, de « oui ».
*** Oh oui, alors ! / Et un nouveau moyen de transport ! :
Ici, Nicolas et Aurélie ne parlent pas de manière naturelle, c’est plutôt un ton « théâtral » car ils rigolent.


Remarques de vocabulaire :
1) En avoir marre (de) : c’est une expression fixe et un peu familière (mais très utilisée) pour dire qu’on ne supporte plus quelque chose. « J’en ai marre » = « J’en ai assez » (français standard) = « J’en ai ras-le-bol » (français familier aussi).
2) Faire du Vélib’ à Paris : le « Vélib » est un système parisien de vélos en libre service qui ne coûte pas cher et qui est pratique pour faire de petits trajets. Il y a quelques mois, j’ai fait une interview d’Aurélie qui parle du Vélib’ : cela explique la remarque ironique de Nicolas !
3) Avec l’aide de : normalement, on doit utiliser « avec l’aide de » quand c’est une personne qui aide et « à l’aide de » quand c’est un objet ou un système qui aide. Mais les confusions sont fréquentes.
4) S’envoler = commencer à voler.
5) Chouette = sympa, agréable.
6) Une balade = une promenade. Ne confondez pas avec une « ballade » (un type de chanson ou de texte littéraire).
7) Hormis = à l’exception de. On dit aussi souvent « à part », « excepté ».
8) Paisible = calme, tranquille. « La paix » ≠ « la guerre ».
9) Les chevreuils : ce sont des animaux sauvages qui vivent dans les forêts et qui sont très appréciés des chasseurs.
10) Un champ = une zone réservée aux cultures (comme le blé, le maïs, etc.). À ne pas confondre avec les « prés » ou les « pâturages » où l’on met des animaux.
11) La trajectoire = la direction que prend la montgolfière.
12) Se poser = atterrir, revenir sur le sol.
13) Plein de = beaucoup de. Mais « plein de » est une expression plus familière, plus orale.
14) Une contrainte = un élément qui entrave, qui limite la liberté d’action.
15) Vouvray : c’est un village et un vignoble à côté de Tours. On y fait un très bon vin blanc que l’on nomme le « vouvray ».

Remarques de grammaire :
a) On est arrivés : normalement, les verbes qui ont comme sujet « on » ne s’accordent pas au pluriel, puisque « on » est équivalent à « il » ou « elle ». Mais au temps composés (et pas aux temps simples), on considère souvent que quand le sujet est pluriel, c’est logique que le participe passé le soit aussi. Ici, « on » = « nous » (Aurélie et Nicolas), donc j’ai choisi de mettre un « s » au verbe arriver.
b) Vu que = comme, parce que, puisque. C’est une expression pour exprimer la cause.
c) Il faut pas qu’il y ait : bien sûr, on devrait dire ici « Il ne faut pas qu’il y ait » mais l’oubli du « ne » est l’erreur la plus fréquente en français : vous le savez sans doute, tout le monde la fait. Et vous remarquerez surtout ici le verbe « avoir » qui est au subjonctif car il est précédé du verbe « falloir ».

DE PLUS, j’ai préparé un diaporama qui présente les utilisations du passé composé et de l’imparfait, et la différence entre les deux. Consultez-le pour vérifier que vous utilisez bien ces deux temps.






Et quelques autres photos pour finir :



2 commentaires:

Claudia a dit…

Merci pour cet audio, et les sujets toujours intéressants. Les remarqués de langue me servent beaucoup surtout maintenant que je fais des études en France. Merci.

Gab! a dit…

Tant mieux que les sujets soient intéressants pour toi, je ne suis jamais sûre qu'ils le soient, alors un petit mot à ce sujet, ça aide ! Bon courage pour tes progrès Claudia et surtout, bonne chance pour la vie en France !