BONJOUR ET BIENVENUE SUR LE BLOG GABFLE !




Vous apprenez le français et vous voulez progresser ?

Ce blog est fait pour vous !

Sur GABFLE, il y a des interviews authentiques de personnes francophones, à écouter ou à lire,
des exercices, des remarques de grammaire, de vocabulaire, de prononciation.

Testez ce blog, et laissez des commentaires, ou contactez-moi :



À bientôt !






mercredi 5 novembre 2008

DOCUMENT DE COMPREHENSION ORALE pour le niveau B1 (Florence) :


Florence parle de sa vie à Moscou !



Florence travaille à Moscou, en Russie, comme professeur de français. Je l’ai interviewée il y a quelques semaines sur sa vie à Moscou, son opinion, ses sentiments.





DOCUMENT AUDIO :
Avant d’écouter le document, lisez ces questions. Ce sont les informations que vous devrez entendre dans l’interview.


1) Quelle fonction particulière occupe Florence dans son école ?
2) Selon elle, comment est la vie à Moscou ?
3) Combien de temps met-elle pour aller à son travail ?
4) Que fait-elle pendant le trajet jusqu’à son travail ?
5) Quel est son niveau en langue russe ?
6) Qu’aime-t-elle faire le week-end ?
7) Que pense-t-elle de la ville de Moscou ?
8) Comment sont les Moscovites quand on ne les connaît pas encore ?
9) Selon elle, comment sont les Moscovites quand on les connaît bien ?
10) Qu’est-ce qui aide à communiquer, d’après Florence ?
11) Nous sommes en 2008. Depuis quand Florence habite-t-elle à Moscou ?
12) Pourquoi est-ce que Florence veut quitter la Russie l’an prochain ?
13) Pourquoi trouve-t-elle qu’il faut être fou pour habiter à Moscou ?
14) Mais finalement, qu’est-ce qu’elle adore en Russie ?



Écoutez maintenant le document audio (3 minutes 47).



EXERCICE :
Pour chaque question, choisissez la réponse correcte.














TRANSCRIPTION :
Après l’exercice, vous pouvez lire la transcription et les remarques pour mieux comprendre l’interview.
Gab : Florence, tu habites* en Russie, c’est pas (a) banal. Tu pourrais nous dire pourquoi, ce que tu y fais ?
Florence : Euh, je suis** professeur de français, dans une école de langue et je m’occupe** de l’encadrement de l’équipe pédagogique. Et pourquoi ?
Gab : Et pourquoi la Russie, oui ?
Florence : Euh, parce que j’ai, euh, j’aime beaucoup les pays de… d’Europe de l’est et euh, pour moi, le pays slave par excellence (1), c’était la Russie.
Gab : D’accord, et comment ça se passe la vie à Moscou ?
Florence : C’est un peu difficile, il y a*** beaucoup de… c’est un peu stressant mais… euh… c’est très très riche.
Gab : Par exemple, tu habites où ? Tu habites loin de ton travail ?
Florence : Euh, j’habite à 40 minutes de mon travail (2), en métro. C’est un peu lourd (3) tous les jours de faire le… le trajet (4). Mais, euh, comme tout, on s’habitue, et puis ben****, je fais de la lecture pendant ce temps-là.
Gab : Oui, tu t’occupes, quoi.
Florence : Je m’occupe. Oui.
Gab : Et tu peux parler un petit peu de l’ambiance, euh, de Moscou, euh… des sorties, ce que tu y fais ?
Florence : Ben, euh, à part le travail, quand je trouve du temps, ben je… je sors comme tout le monde, je vais, euh, dans les bars, dans les cafés et euh, au théâtre si c’est pas trop difficile parce que… mon russe est pas excellent, mais bon… et puis ben, le week-end, euh, on essaie de sortir de Moscou pour se reposer à la campagne, ça fait du bien aussi.
Gab : Par exemple, tu vas où ?
Florence : Je vais, j’aime beaucoup aller à Sousdal, c’est une petite ville, euh, à trois heures de Moscou où il y a, je sais pas, une quinzaine de monastères (5). C’est très agréable. Jolie campagne.
Gab : Ouais, et la vie à Moscou, tu trouves que c’est vraiment différent de la vie en France ?
Florence : Euh, oui, c’est… c’est différent parce que c’est plus difficile, c’est une grande ville. Peut-être… c’est beaucoup plus grand que Paris et euh, s’adapter à Moscou, c’est difficile de par la langue et puis de par du [mieux : le] comportement des gens qui est un peu différent donc c’est un peu… Au premier abord, ils sont un petit peu plus froids (6), donc il faut comprendre pourquoi et comment… comment faire pour se faire des amis là-bas.
Gab : Et alors, par exemple ?
Florence : Euh, par exemple ?
Gab : Comment faire pour comprendre les gens ?...
Florence : Ben en fait les gens sont très très froids au premier abord (7) mais dès que… ils considèrent qu’on est leur ami ou qu’on est entré dans la famille, tout change et là, du coup (8), ils sont beaucoup plus chaleureux (9), on est invités chez eux, euh, on a, euh, on a beaucoup de choses (b) sur la table à manger, beaucoup d’alcool, etc., donc, euh, du coup, euh, l’alcool, ça, ça permet de (10) communiquer.
Gab : Mais t’es pas devenue alcoolique quand même ? [rires]
Florence : Non, pas encore mais bon, qui sait ?! [rires]
Gab : D’accord. Tu penses que tu vas rester longtemps en Russie ?
Florence : C’est ma dernière année. J’ai décidé. Ça fait déjà trois ans que j’y suis (c) donc je pense que je vais essayer de voir autre chose l’année prochaine.
Gab : Ouais, et pourquoi tu aurais pas envie de rester plus longtemps ?
Florence : Parce que Moscou, c’est une ville, euh, très prenante (11), j’ai peur de plus pouvoir en partir, en fait. Et euh, et puis euh, vivre à Moscou, euh, enfin, vivre à Moscou, je pense qu’il faut être un peu fou pour vivre à Moscou en fait.
Gab : Fou, vraiment ?
Florence : Oui, vraiment fou, oui, parce que c’est pas… Il y a pas de qualité de vie, c’est très pollué, c’est très bruyant (12), euh… la vie est stressante, c’est très difficile mais euh, j’aime ça mais en même temps je me dis que, quand même, quand je reviens en France et que je suis là par exemple, je me rends compte qu’il y a une meilleure qualité de vie.
Gab : Mais tu regrettes pas d’habiter à Moscou, d’y… ?
Florence : Je regrette pas, j’adore vivre à Moscou, j’adore les Russes, j’adore les perspectives (13) de voyages en Russie mais euh, mais la France, c’est un joli pays aussi et peut-être que revenir dans son pays, c’est pas mal aussi.
Gab : OK, merci !

Remarques de vocabulaire :
1) Par excellence =
le plus caractéristique.
2) J’habite à 40 minutes de mon travail = « Je mets 40 minutes (pour arriver au travail). » = « Il me faut 40 minutes (pour arriver au travail). »
3) Lourd = difficile.
4) Le trajet = le déplacement. On dit « voyage » quand il s’agit de tourisme.
5) Un monastère = un établissement (un lieu) où vivent des religieux appelés des « moines ».
6) Froids = distants.
7) Au premier abord = à la première impression, à partir des premiers moments.
8) Du coup : c’est une expression un peu familière (caractéristique de l’oral en tout cas) pour parler d’une conséquence, un peu comme « donc ».
9) Chaleureux = amical, aimable, accueillant.
10) Ça permet de = ça donne la possibilité de.
11) Prenante = captivante, attachante, fascinante.
12) Bruyant = avec du bruit.
13) Une perspective = (ici) une possibilité.

Remarques de grammaire :
a) C’est pas : très souvent, à l’oral, on ne dit pas le « ne » ou « n’ » de la négation. C’est une erreur, mais tout le monde la fait ! Vous la trouverez plusieurs fois dans cette interview.
b) Beaucoup de choses : N'oubliez pas ! Même si le nombre de choses est grand on écrit « beaucoup DE choses » et PAS « beaucoup des choses ». C’est obligatoire. De la même manière on dit « peu DE », « assez DE », « trop DE ». Exemple : « Dans le blog Gabfle, il y a beaucoup d’interviews pour vous aider à progresser en français », « Si vous avez trop de problèmes à comprendre les interviews du blog Gabfle, envoyez-moi un commentaire ».
c) Ça fait déjà trois ans que j’y suis = « Il y a trois ans que j’y suis » = « J’y suis depuis trois ans ». Ces trois structures sont synonymes. On les utilise pour parler de quelque chose qui a commencé dans le passé et qui n’est pas terminé. Le verbe doit être au présent. MAIS attention ! Si vous parlez d’un événement passé et terminé, vous devez utiliser « il y a » : « Florence est arrivée en Russie il y a trois ans. » (= « Florence est arrivée en Russie en 2005. »). Le verbe doit être au passé composé.

Remarques de prononciation :
* Tu habites : parlant vite, j’ai prononcé « t’habites ». C’est une façon de parler qu’on accepte à l’oral mais qu’il vaut mieux éviter à l’écrit.
** Je suis / je m’occupe : Florence aussi parle vite, et comme beaucoup de Francophones, elle a prononcé « chui ». Attention ! N’écrivez surtout pas « chui », sauf peut-être dans un SMS ! Mais pourquoi les gens disent-ils ça ? C’est parce qu’on ne prononce pas souvent les « e ». Florence a dit juste après « j’m’occupe ». Et pour « je suis », c’est logique : « j’suis » est très difficile à dire donc « j » se transforme en « ch » et ça donne « ch’suis » ou « chui » !
*** Il y a : « y’a » est la prononciation la plus commune de « il y a » mais on écrit « y’a » seulement dans un contexte très informel (SMS, paroles de chansons, blogs, etc.).
**** Ben : c’est une déformation de « bien » qu’on utilise (un peu comme « euh ») quand on cherche ses mots ou bien quand on commence une explication.

Aucun commentaire: