BONJOUR ET BIENVENUE SUR LE BLOG GABFLE !




Vous apprenez le français et vous voulez progresser ?

Ce blog est fait pour vous !

Sur GABFLE, il y a des interviews authentiques de personnes francophones, à écouter ou à lire,
des exercices, des remarques de grammaire, de vocabulaire, de prononciation.

Testez ce blog, et laissez des commentaires, ou contactez-moi :



À bientôt !






mercredi 30 décembre 2009

DOCUMENT AUDIO pour le niveau B1 (Louis-Marie, Julien, Arnaud) :

3 cousins parlent de Noël !



Louis-Marie, Julien, Arnaud





En France, certaines familles fêtent Noël le 24 décembre au soir. D’autres font la fête le 25 dans la journée. La famille de Louis-Marie, Julien, et Arnaud se retrouve le 25 décembre. Ces trois cousins de 24, 23 et 21 ans, qui habitent dans le Sud-ouest de la France, parlent ici des souvenirs qu’ils ont des Noëls de leur enfance, de ce qui les a marqués.



DOCUMENT AUDIO (2 minutes 32) :

Tout d’abord, je vous propose d’écouter l'interview une première fois, sans faire l’exercice, pour comprendre globalement de quoi ils parlent.




Puis, avant d’écouter de nouveau l’interview, vous pouvez lire ces questions qui vous indiquent quelles informations vous allez devoir trouver.

1/ Combien de personnes étaient présentes pour Noël quand ils étaient enfants ?
2/ Comment était l’ambiance ?
3/ De quoi est-ce que c’était l’occasion ?
4/ Qu’est-ce que leur grand-père leur avait appris ?
5/ Qu’est-ce qui était particulièrement sympa pour Arnaud et Louis-Marie ?
6/ Combien de cousins étaient présents, dans leur enfance ?
7/ Que disent-ils sur les Noëls de maintenant ?
8/ Quand est-ce qu’on buvait « du vin de noix » ?
9/ Quels types de jeux aimaient les 3 cousins ?
10/ Quand est-ce qu’ils avaient joué dans la neige ?


Écoutez ensuite de nouveau l’interview. Vous pouvez faire l’exercice ci-dessous en même temps.




EXERCICE :
Et maintenant, pour chaque question, choisissez la réponse correcte.




Service offert par Quizz.biz






















TRANSCRIPTION :
Lisez enfin la transcription de l’interview et les remarques pour mieux comprendre comment les 3 garçons s’expriment.


Gabrielle : Ça se passait (A) comment, euh, les Noëls quand vous étiez (A) enfants ?
Julien : Eh bé (a) alors (b), du coup (c) on était donc une grande famille donc une bonne trentaine de personnes et donc du coup tous les cousins et cousines se réunissaient (1). C’était, euh, très très joyeux. Du coup, bé du coup, c’était l’opp… l’occasion de, de tous se réunir, passer une bonne journée, surtout vraiment se réunir (1).
Gabrielle : S’amuser.
Julien : Voilà (d), ouais (e). Donc… Et puis voilà et puis aussi, comment dire ? Se remémorer (2) toutes les bonnes blagues (3) de notre grand-père que notre grand cousin Thomas avait bien, avait bien retenues (2) !
Julien : Voilà ! Après, je sais pas (B), peut-être que… les cousins ont aussi des idées ?
Gabrielle : Arnaud ? Quels souvenirs t’as (f) des Noëls quand t’étais (f) enfant ?
Arnaud : Une table assez grande !
Gabrielle : Ouais, c’est vrai !
Arnaud : Non, après (g), c’est sympa le moment où on va tous aux cadeaux, quoi (h) ! Ça, ça m’a marqué (4) !
Louis-Marie : Où on mange, où on mange, je dirais, le plus vite possible pour pouvoir aller dépiauter (5) les cadeaux à une vitesse phénoménale (6) !
Arnaud : 14 cousins qui, qui y vont…
Gabrielle : Qui prennent d’assaut (7) les cadeaux !
Arnaud : C’est ça, quoi !
Gabrielle : Donc voilà, c’était bien ?
Arnaud : C’était bien !
Louis-Marie : Oh ben, ma foi !
Arnaud : C’était bien. Maintenant, ça a changé (C). Et ouais, maintenant de 14, on est passés à 8 cette année, chacun fait sa vie et…
Gabrielle : C’est un peu différent…
Arnaud : C’est différent, oui !
Julien : Moi j’ai des petites idées sur ce qu’on (D) mangeait ! Le repas typique de Noël*, avec les haricots blancs et le mouton, en entrée le taboulé**. [Gabrielle : C’est vrai !] Le vin de noix*** à l’apéritif. [Gabrielle : C’est clair, c’est clair !] Et voilà, donc du coup, c’était le repas de fête, sans oublier, bien sûr, les huîtres**** et le foie gras***** ! Je dis ça un peu dans le désordre mais… comme ça me vient ! Voilà, voilà ! C’était souvent l’occasion aussi d’aller faire un tour dehors (8) aussi. Donc souvent on jouait au ballon, ou, ou plein d’autres bêtises (9) comme faire la mobylette et se foncer dedans (10) !
Arnaud : Ou même descendre des côtes enneigées (11) avec un sac en plastique. C’était le Noël il y a trois ans, je crois, ou 4 ans.
Gabrielle : C’est plus récent.
Arnaud : Ça, c’est plus récent
Louis-Marie : Euh…
Gabrielle : Voilà, quoi !
Louis-Marie : Voilà ! En gros (12), c’était, ça, Noël !
Gabrielle : Merci !
Louis-Marie : De rien !

Remarques de grammaire :
A) Se passait / étiez : beaucoup de verbes ici sont à l’imparfait. Les 3 cousins racontent des souvenirs. Comme ils parlent de situations passées, ou d’habitudes passées, on utilise l’imparfait. Mais quand on parle d’une action passée, on utilise le passé composé.
B) Je sais pas : la forme correcte est « je ne sais pas ». Mais oublier le « ne » à l’oral est une erreur très souvent faite par toutes les personnes francophones !
C) Ça a changé : ici, le verbe est au passé composé. Ce n’est pas vraiment une action ponctuelle passée mais l’idée d’un changement. Quand on parle de quelque chose qui a changé, on utilise le passé composé. Exemple : « Quand ils étaient enfants, ils passaient le réveillon du 31 décembre avec leurs parents. Mais l’an dernier, ils ont passé le réveillon avec leurs amis ! ».
D) Ce qu’ / ce que = « la chose que », « les choses que ». Et « ce qui » et « ce dont » existent aussi ! Exemple : « Qu’est-ce qu’il fait ? --> Je ne sais pas ce qu’il fait. »

Remarques de vocabulaire :
1) Se réunir = se retrouver en groupe pour être ensemble. « Une réunion » = un regroupement de personnes pour discuter de quelque chose. On dit aussi « une réunion de famille ».
2) Se remémorer = retenir = « se rappeler », « se souvenir », ou plutôt ici « ne pas oublier ». Julien veut surtout dire qu’ils n’avaient pas oublié ces blagues, qu’ils ont fait ces blagues !
3) Une blague = une histoire drôle, une histoire comique. Mais c’est aussi (comme ici) une situation comique pour piéger d’autres personnes, par exemple, mettre du sel à la place du sucre dans le sucrier !
4) « Ça m’a marqué ! » --> « Marquer » = (ici) faire une impression forte qu’on n’oublie pas.
5) Dépiauter : ce verbe n’est pas très utilisé en français. Louis-Marie veut dire « déballer les cadeaux », « ouvrir les cadeaux ».
6) Phénoménale = extraordinaire, très grande.
7) Prendre d’assaut = attaquer. C’est bien sûr ironique ici
8) Dehors = à l’extérieur. Et « dedans » = à l’intérieur.
9) Des bêtises = des actions pas très raisonnables, qui énervent les adultes en général !
10) Se foncer dedans = avoir un petit accident.
11) Enneigées = couvertes de neige.
12) En gros = « globalement », « sans entrer dans les détails ».

Remarques sur la prononciation et les habitudes de langage :
a) Eh bé :
ça vient de « Eh bien ». « Eh bé » est plutôt une manière de parler du Sud de la France. On dit « Eh bé » quand on commence une explication. Dans d’autres régions francophones, on dit plutôt « Eh ben ».
b) Alors : normalement, on dit « alors » pour présenter une conséquence (un peu comme « donc ». Mais ici, « alors » est utilisé pour commencer une explication. « Eh bé alors » est presque une expression fixe pour commencer à expliquer quelque chose.
c) Du coup : normalement, c’est une expression non-standard utilisée à l’oral pour dire « donc ». Mais ici, il n’y a pas vraiment de conséquence. C’est une habitude de langage qui montre aussi qu’une explication commence.
d) Voilà : souvent, « voilà » est utilisé quand on donne quelque chose (« Voilà un cadeau pour toi » = « Voici un cadeau pour toi ») ou quand on présente une histoire (« Voilà comment ça s’est passé : … »). Mais ici, « Voilà ! » signifie « C’est ça » ou « Exactement ». On utilise aussi « Voilà ! » quand on a fini de raconter une histoire (« Voilà ! C’est tout… »). Il y a donc beaucoup d’utilisations du mot « Voilà » !
e) Ouais : c’est la forme familière (non-standard) de « oui ».
f) T’as / t’étais : les formes correctes sont « tu as », « tu étais ». Mais à l’oral, on prend des libertés ! Par contre, « J’ai » et « J’étais » sont les formes correctes et les formes « Je ai » ou « Je étais » ne sont PAS correctes et ne sont PAS utilisées.
g) (Non) après : c’est bizarre mais ici, « après » veut dire « et aussi ». Mais c’est une utilisation assez familière.
h) …quoi ! : souvent, à la fin d’une exclamation, on met « … quoi ! ». Mais ça n’a pas vraiment de signification, c’est juste une habitude.


Remarques culturelles :
*Le repas typique de Noël : enfin, c’est un repas typique dans leur famille. Les menus traditionnels français sont différents en fonction des familles et des régions. La majorité des familles a l’habitude de manger de la dinde ou du chapon (un poulet très gras).
** Le taboulé : ce n’est pas du tout traditionnel en France. Mais c’est une habitude de la grand-mère des 3 cousins de cuisiner cette spécialité qui vient à l’origine du Liban, de Turquie, ou d’Afrique du Nord.
*** Le vin de noix : c’est une spécialité très appréciée dans le Sud-Ouest de la France. On laisse des noix vertes dans du vin pendant plusieurs semaines, on ajoute de l’alcool, du sucre. Et on obtient cette boisson qu’on boit en apéritif, avant de commencer le repas.
**** Les huîtres : C’est un fruit de mer, très typique pour les fêtes de fin d’année, et pas seulement dans la famille des trois cousins.
***** Le foie gras : c’est une spécialité à l’origine du Sud-ouest mais mangé dans toutes les régions de France pour Noël. C’est un organe du canard ou de l’oie (le foie), très gras (pas diététique !), qu’on cuisine d’une façon spéciale et qu’on mange sur du pain grillé.


Pour comprendre plus vite, voici du foie gras et des huîtres :














4 commentaires:

LaLi a dit…

Des exercices avec un accent différent de celui habituel, ça fait plaisir!

Votre blog est une vrai mine. Continuez ce beau travail!

Gab! a dit…

Merci LaLi ! Je n'oublie pas mon blog même si je n'ai rien publié depuis quelques temps... J'ai des interviews en réserve ! Cordialement. Gabrielle.

Tuong a dit…

"Je dis ça un peu dans le désordre mais… comme ça me vient!"
-->Excusez-moi, mais je ne comprends pas "comme ca me vient". Qu'est-ce qu'il veut dire, madame?
et pourquoi il disais qu'il dit un peu dans le désordre?

Gabrielle Chort a dit…

Bonjour Tuong,

Mais vous avancez vite dans le niveau B1 ! Bravo !


Julien veut dire que le menu est présenté dans le désordre. Normalement, on mange les huîtres et le fois gras en entrée : donc c'est servi avant la viande et les légumes.

Mais il a pensé à la viande et aux légumes d'abord, donc il a dit ça en premier. C'est pour ça qu'il précise "comme ça me vient" (dans l'ordre où ça lui vient à l'esprit, dans la tête) !

Voilà ! Est-ce clair pour vous ?

À bientôt ! Gabrielle.