BONJOUR ET BIENVENUE SUR LE BLOG GABFLE !




Vous apprenez le français et vous voulez progresser ?

Ce blog est fait pour vous !

Sur GABFLE, il y a des interviews authentiques de personnes francophones, à écouter ou à lire,
des exercices, des remarques de grammaire, de vocabulaire, de prononciation.

Testez ce blog, et laissez des commentaires, ou contactez-moi :



À bientôt !






vendredi 30 octobre 2009

DOCUMENT AUDIO pour le niveau B2 (Aurélie et Nicolas) :

Aurélie et Nicolas ont fait de la montgolfière !



Aurélie et Nicolas habitent en région parisienne mais il y a quelques temps ils sont venus en Touraine pour une expérience très spéciale : un vol en Montgolfière…








DOCUMENT AUDIO (3 minutes 34) :
Tout d’abord, je vous propose d’écouter l'interview une première fois, sans faire l’exercice, pour comprendre globalement de quoi il s’agit.






Puis, avant d’écouter de nouveau l’interview, vous pouvez lire ces questions qui vous indiquent quelles informations vous allez devoir comprendre.

1. Pour expliquer la raison de leur venue en Touraine, Nicolas fait allusion au Vélib’ (système de vélos à Paris). C’est pour dire qu’Aurélie…
2. À quelle heure sont-ils sortis du lit ce matin-là ?
3. Nicolas explique que ce lever matinal était…
4. Comment se sentaient-ils quand ils sont arrivés à la montgolfière ?
5. Que s’est-il d’abord passé, quand ils sont arrivés ?
6. Comment est l’envol ?
7. Est-ce qu’ils ont eu le vertige ?
8. Que pense Nicolas de la vue du vide ?
9. Qu’est-ce qu’Aurélie a particulièrement apprécié ?
10. Combien de temps sont-ils restés en l’air ?
11. Que peut faire le pilote avec sa montgolfière ?
12. Qu’est-ce qui est difficile pour les pilotes ?
13. Qu’est-ce qui a été un peu « dur » à l’arrivée ?
14. Comment se sont sentis Aurélie et Nicolas à l’issue de leur vol ?





Écoutez ensuite de nouveau l’interview. Vous pouvez faire l’exercice ci-dessous en même temps.




EXERCICE :
Et maintenant, pour chaque question, choisissez la réponse correcte.




Service offert par Quizz.biz

Quelques photos prises ce jour-là par Nicolas et Aurélie :





































































TRANSCRIPTION :
Lisez enfin la transcription de l’interview et les remarques pour mieux comprendre comment Aurélie et Nicolas s'expriment.


Gabrielle : Aurélie et Nicolas, vous avez fait une expérience assez nouvelle hier, peut-être que vous pouvez nous la raconter ?
Aurélie : Ben* oui, avec plaisir !
Nicolas : Oui, oui, donc, ben, Aurélie en avait un peu marre de (1), de faire du Vélib’ à Paris (2), donc on s’est dit, « finalement, on va faire un peu de Montgolfière en Touraine ! ». Et donc on est arrivés (a), à, à 6 heures du matin, euh, à la Montgolfière, donc ça voulait dire se lever à 4 heures et demie… C’est un bel exploit pour un samedi matin ! Et on est arrivés, euh, beau, beau soleil, euh, la Montgolfière prête à partir. Bon, un peu émouvant, un peu, un peu, un peu de stress !
Gabrielle : Mmh… Quand même ! C’est logique !
Nicolas : Voilà !
Aurélie : En fait, on a assisté à tout, toute l’installation. Donc on a vu la, la Montgolfière se, se faire gonfler, avec, avec l’aide des (3) ventilateurs. Donc voilà, on a assisté à toute la préparation. Et puis, puis on est partis, on s’est envolés (4) ! Donc euh, donc c’est vrai, c’était vraiment chouette (5) de… parce que c’est très doux comme, comme envol. Donc on va très doucement et on arrive, quand même, assez haut ! Donc euh, donc ça fait une belle balade (6) et on a une, vraiment une très belle vue au petit matin, de la Touraine !
Nicolas : Voilà !
Gabrielle : Vous n’avez pas eu le vertige, une sensation de stress impossible à contenir ?
Nicolas : Non, ça a été, ça a été ! C’est vrai que le… euh, finalement, il n’y a pas grand-chose pour nous retenir. On a juste la, la rambarde, on peut se pencher au-dessus du vide, prendre la, la photo de l’autoroute juste en dessous. Donc c’est un peu impressionnant mais, euh, c’est vrai que par rapport à l’avion c’est, je pense que c’est plus doux, c’est plus…
Aurélie : Ouais, ouais…
Nicolas : Il y a moins la sensation de vertige.
Aurélie : Ouais**, et c’est très silencieux, en fait, parce que, hormis (7) le bruit que, que fait la, [Nicolas : L’air.] l’air chaud et, et le gaz qui sort pour chauffer l’air, euh, c’est, c’est très… il y a pas de bruit en fait, c’est vraiment très silencieux et, et on a vraiment l’impression d’être au milieu, ouais, au milieu des, des nuages, presque, et de la nature et c’est, c’est très paisible (8) comme, comme promenade…
Nicolas : Avec les chevreuils (9) qui, qui courent dans les champs (10) de blé, réveillés par la Montgolfière. [Aurélie : Ouais] [Gabrielle : aussi, ouais…] Voilà !
Gabrielle : Et ça a duré longtemps ?
Nicolas : Et alors c’était… normalement, ça durait une heure et finalement ça a duré seulement une demi-heure. Mais le, en fait la montgolfière, on sait jamais vraiment quand est-ce que… quand est-ce que ça va se terminer parce que, ils sont pas vraiment maîtres de, de la trajectoire (11), et de l’endroit où ils vont se poser donc ils sont… la montgolfière, elle subit le vent et finalement, le, le, alors, je sais pas comment dire, le « pilote », est obligé, il peut juste adapter… [Aurélie : Monter ou descendre] monter ou descendre, mais il peut pas du tout agir sur la trajectoire du ballon et donc là, il se trouve qu’il y avait une, une forêt qui pouvait être dangereuse donc il a fait le choix de, de se poser (12) avant et ça a duré moins longtemps que prévu !
Aurélie : Voilà, parce qu’en fait, ce qui est difficile, c’est qu’on sait jamais trop où, où on va pouvoir se poser lorsqu’on monte. Donc en fait, il y a quand même un stress du pilote, euh, qui, de savoir où, dans quel champ il va pouvoir atterrir. Donc il faut pas qu’il y ait (b) de forêt, qu’il y ait de ligne électrique, voilà il y a plein de (13) contraintes (14) et donc il faut faire attention à tout ça et là, vu que (c) la zone où on était, euh, avait beaucoup de contraintes, on a, le vol a duré un petit peu moins longtemps et on a atterri, euh…
Nicolas : Au bout d’une demi-heure.
Aurélie : Voilà, un petit peu plus tôt que prévu.
Nicolas : Et on a eu droit quand même à un petit verre de vouvray (15), euh, à 8 heures du matin pour, pour fêter, pour fêter le petit vol !
Aurélie : C’était un peu dur !
Gabrielle : Le petit verre de vin à 8 heures du matin, c’est vrai que c’est dur !
Aurélie : C’était pas évident mais c’était la fête ! On était content d’être arrivés ! Non, non, c’était vraiment, voilà, une belle expérience ! À refaire peut-être !
Gabrielle : Bien. Ben merci pour ce récit !
Aurélie : Merci !
Nicolas : Merci !
Gabrielle : À bientôt pour une autre interview, peut-être…
Nicolas : Oh oui, alors*** !
Aurélie : Et un nouveau moyen de transport*** !
Gabrielle : Qui sait ? Pourquoi pas ?!



Remarques sur la prononciation et les habitudes de langage :
Vous l’avez sans doute remarqué, Aurélie et Nicolas parlent assez vite mais leurs prononciations sont assez caractéristiques du français standard de France. Vous ferez attention en particulier au fait qu’ils ne prononcent pas les « e muets », par exemple « petit » est prononcé [pti]. Mais c’est normal, et Nicolas et Aurélie ne parlent pas mal du tout ! Je le précise, aussi, au cas où ils liraient ces remarques… ;-D
Autres remarques :
* Ben : « ben » vient de « Eh bien » et s’utilise quand on cherche un peu ce que l’on va dire, pour commencer un récit ou une explication par exemple.
** Ouais = la forme familière, orale, de « oui ».
*** Oh oui, alors ! / Et un nouveau moyen de transport ! :
Ici, Nicolas et Aurélie ne parlent pas de manière naturelle, c’est plutôt un ton « théâtral » car ils rigolent.


Remarques de vocabulaire :
1) En avoir marre (de) : c’est une expression fixe et un peu familière (mais très utilisée) pour dire qu’on ne supporte plus quelque chose. « J’en ai marre » = « J’en ai assez » (français standard) = « J’en ai ras-le-bol » (français familier aussi).
2) Faire du Vélib’ à Paris : le « Vélib » est un système parisien de vélos en libre service qui ne coûte pas cher et qui est pratique pour faire de petits trajets. Il y a quelques mois, j’ai fait une interview d’Aurélie qui parle du Vélib’ : cela explique la remarque ironique de Nicolas !
3) Avec l’aide de : normalement, on doit utiliser « avec l’aide de » quand c’est une personne qui aide et « à l’aide de » quand c’est un objet ou un système qui aide. Mais les confusions sont fréquentes.
4) S’envoler = commencer à voler.
5) Chouette = sympa, agréable.
6) Une balade = une promenade. Ne confondez pas avec une « ballade » (un type de chanson ou de texte littéraire).
7) Hormis = à l’exception de. On dit aussi souvent « à part », « excepté ».
8) Paisible = calme, tranquille. « La paix » ≠ « la guerre ».
9) Les chevreuils : ce sont des animaux sauvages qui vivent dans les forêts et qui sont très appréciés des chasseurs.
10) Un champ = une zone réservée aux cultures (comme le blé, le maïs, etc.). À ne pas confondre avec les « prés » ou les « pâturages » où l’on met des animaux.
11) La trajectoire = la direction que prend la montgolfière.
12) Se poser = atterrir, revenir sur le sol.
13) Plein de = beaucoup de. Mais « plein de » est une expression plus familière, plus orale.
14) Une contrainte = un élément qui entrave, qui limite la liberté d’action.
15) Vouvray : c’est un village et un vignoble à côté de Tours. On y fait un très bon vin blanc que l’on nomme le « vouvray ».

Remarques de grammaire :
a) On est arrivés : normalement, les verbes qui ont comme sujet « on » ne s’accordent pas au pluriel, puisque « on » est équivalent à « il » ou « elle ». Mais au temps composés (et pas aux temps simples), on considère souvent que quand le sujet est pluriel, c’est logique que le participe passé le soit aussi. Ici, « on » = « nous » (Aurélie et Nicolas), donc j’ai choisi de mettre un « s » au verbe arriver.
b) Vu que = comme, parce que, puisque. C’est une expression pour exprimer la cause.
c) Il faut pas qu’il y ait : bien sûr, on devrait dire ici « Il ne faut pas qu’il y ait » mais l’oubli du « ne » est l’erreur la plus fréquente en français : vous le savez sans doute, tout le monde la fait. Et vous remarquerez surtout ici le verbe « avoir » qui est au subjonctif car il est précédé du verbe « falloir ».

DE PLUS, j’ai préparé un diaporama qui présente les utilisations du passé composé et de l’imparfait, et la différence entre les deux. Consultez-le pour vérifier que vous utilisez bien ces deux temps.






Et quelques autres photos pour finir :



mercredi 28 octobre 2009

DOCUMENT AUDIO pour le niveau A2+ (Guillaume) :

Guillaume présente la ville d’Amboise !




Guillaume est originaire de Normandie. À 26 ans, il a déjà vécu dans plusieurs pays étrangers mais aussi en Touraine, à Amboise. Dans cette interview, il présente la ville d’Amboise et la vie dans cette ville.







DOCUMENT AUDIO (2 minutes 40) :
Tout d’abord, je vous propose d’écouter l'interview une première fois, sans faire l’exercice, pour comprendre globalement de quoi il s’agit.




Puis, avant d’écouter de nouveau l’interview, vous pouvez lire ces questions qui vous indiquent quelles informations vous allez devoir comprendre.

1) Quelle impression Guillaume a de la ville d’Amboise ?
2) Comment est la région d’Amboise pour Guillaume ?
3) La Loire, qu’est-ce que c’est ?
4) Pour Guillaume, qu’est-ce qu’on peut faire dans la région d’Amboise ?
5) Qu’a fait Léonard de Vinci à Amboise ?
6) Pour Guillaume, qu’est-ce qu’il y a dans la ville de Tours ?
7) Comment est l’ambiance d’Amboise ?
8) Quelles personnes est-ce qu’on peut rencontrer à Amboise ?
9) Quelle est la relation entre Mick Jagger et Amboise ?
10) Est-ce que Guillaume a vu Mick Jagger ?


Écoutez ensuite de nouveau l’interview. Vous pouvez faire l’exercice ci-dessous en même temps.



EXERCICE :
Et maintenant, pour chaque question, choisissez la réponse correcte.



Service offert par Quizz.biz

Quelques photos d'Amboise :


































TRANSCRIPTION :

Lisez enfin la transcription de l’interview et les remarques pour mieux comprendre comment Guillaume parle.

Gabrielle : Guillaume, tu as passé (a) quelques mois à Amboise (A). Qu’est-ce que tu as pensé de cette ville ?
Guillaume : Alors de, de manière générale (b), j’ai une impression très positive puisque la première chose, c’est que moi, j’ai passé surtout les mois d’été donc, euh (c), c’est une région qui est très belle, euh, au niveau naturel. Bon la Loire, c’est un, c’est le seul fleuve (b) qui est vraiment sauvage en France, je crois. Enfin, c’est, c’est ce que je pense (b). Euh, la région est très belle, bon, il y a (d) beaucoup de, de choses à visiter, tous les châteaux Renaissance. À Amboise même (1), il y a le, la demeure où Léonard de Vinci est mort (B), enfin a passé ses dernières années. Euh, bon (e), il y a le château d’Amboise (C). Et puis bon, il y a la ville de Tours qui est à peu près à 20 minutes, 20-30 minutes en voiture ou en train, donc qui est une très belle ville avec un centre, euh, ben, assez conservé par rapport au Moyen-âge, un centre historique. Euh, sinon, bon la ville, la ville d’Amboise, on va dire qu’elle est à peu près à mi-parcours entre le, le village et la, la ville (2), parce que c’est à la fois une ville parce qu’on ne peut pas connaître tout le monde mais il y a quand même une ambiance, euh, qui est sympa puisque il y a des petits commerçants qu’on va vite, euh, repérer, euh, bon, les magasins, euh, progressivement (3), on se rend compte (4) qu’on connaît les gens quand même. Il y a cette petite ambiance de village qui est assez sympa et qui est d’ailleurs… euh enfin (f), le, la présence des étudiants Eurocentres (D) qui apporte une petite touche internationale, euh, avec tous les Japonais, les Allemands, les Mexicains, qui, euh…
Gabrielle : Etc.
Guillaume : Qui donnent de la vie… Etc. Qui donnent de la vie à la ville, et surtout, euh, la présence de Mick Jagger (E).
Gabrielle : Ah oui, pourquoi ?
Guillaume : Il a un château, euh, à trois kilomètres de, du centre d’Amboise, et euh, ben, c’est, c’est une star ! Euh, c’est une petite curiosité. Et en fait, c’est une légende parce que personne ne l’a vu. On ne sait pas s’il est vraiment là mais ça attire les, les curieux. Donc euh, voilà encore un aspect positif de cette magnifique ville d’Amboise. Donc, euh, si vous avez l’occasion d’y venir, vous passerez de magnifiques vacances.
Gabrielle : Merci beaucoup !
Guillaume : De rien.

Remarques de vocabulaire :
1) À Amboise même = dans la ville d’Amboise.
2) À mi-parcours entre le village et la ville = Guillaume veut dire que c’est entre le village et la ville, que c’est un peu comme un village et un peu comme une ville.
3) Progressivement = petit à petit, peu à peu.
4) On se rend compte --> se rendre compte = réaliser, comprendre.

Remarques sur la prononciation et les habitudes de langage :
a) Tu as : ici, j’ai parlé un peu vite et j’ai dit « t’as ». Cela s’entend dans les discussions. Mais la forme « t’as » ne s’écrit pas.
b) Alors de, de manière générale / Enfin, c’est, c’est ce que je pense / c’est un, c’est le seul fleuve : quand on parle, on commence parfois des phrases et on ne les finit pas, on répète des mots : c’est normal !
c) Euh : souvent on cherche ses mots, on hésite, et on dit « euh » : c’est normal aussi, c’est une habitude.
d) Il y a : ici, Guillaume a prononcé « y’a ». C’est une habitude quand on parle mais cette forme ne s’écrit pas vraiment.
e) Bon : quand on hésite, ou avant de commencer une explication, on dit souvent « bon ». Ce mot n’a pas de signification spéciale ici : c’est une habitude de langage.
f) Enfin : ici Guillaume, comme beaucoup de Francophones, prononce « ‘fin ». Et souvent, on dit « enfin » quand on veut apporter une explication plus claire, ou donner un exemple.

Remarques culturelles :
A) Amboise : cette petite ville est située à 230 kilomètres au sud de Paris environ, et à 25 kilomètres de la Ville de Tours. Amboise est dans le département de l’Indre-et-Loire, dans la région Centre. Mais la région à côté de Tours a aussi un nom historique et touristique : la Touraine. Il y a un site Internet sur la Touraine qui est très bien fait : consultez-le ici. Et pour voir le site touristique d’Amboise, c’est ici qu’il faut cliquer.

B) La demeure où Léonard de Vinci est mort : elle s’appelle le Clos Lucé, ça se visite et c’est très joli. Il y a aussi un site Internet.
De plus, il y a un autre document de niveau A2 sur ce blog qui présente le Clos Lucé : c’est l’interview de Delphine.

C) Le château d’Amboise : pour imaginer un peu comment il est, visitez son site Internet.


D) Eurocentres : c’est une petite école de langues très sympa située à Amboise. Pour la connaître un peu, consultez le réseau social de l’école.


E) Mick Jagger : Oui, il s’agit bien du musicien et leader des Rolling Stones. Mais comme l’explique bien Guillaume, peu de gens l’ont sans doute vu !



mardi 27 octobre 2009

DOCUMENT AUDIO pour le niveau A2+ (Isabelle) :

Isabelle présente une recette de cuisine !



Isabelle est un « cordon bleu ». Cette expression signifie qu’elle cuisine très bien ! Il y a quelques temps, elle m’a fait de délicieuses gougères. Je lui ai donc demandé d’expliquer la recette. Elle m’a dit comment faire la pâte à choux, la base des gougères.








VOCABULAIRE :
Pour commencer, regardez ces photos si vous voulez apprendre ou réviser le vocabulaire de la cuisine.








DOCUMENT AUDIO (2 minutes 31) :
Tout d’abord, je vous propose d’écouter l'interview une première fois, sans faire l’exercice, pour comprendre globalement de quoi il s’agit.





EXERCICES :

LES INGREDIENTS :
Ensuite, écoutez de nouveau l’interview pour faire la liste des ingrédients de la recette des gougères. Faites le premier quizz (« Les ingrédients des gougères ») en même temps.



Service offert par Quizz.biz


LA PRÉPARATION :
Puis écoutez une autre fois l’interview. Vous pouvez faire le deuxième quizz (« La préparation des gougères ») en même temps.


Service offert par Quizz.biz



Les gougères -->> photos d'Isabelle :
























TRANSCRIPTION :
Lisez enfin la transcription de l’interview et les remarques pour mieux comprendre comment Isabelle s'exprime.

Gabrielle : Isa, tu es un cordon bleu et tu as fait, l’autre soir, de délicieuses gougères. C’était vraiment bon. Tu pourrais, euh, expliquer comment on fait ?
Isabelle : Alors, je vais vous expliquer la recette. J’ai trouvé la recette dans un livre de ma mère, avec des photos, c’était très bien, c’était illustré (1). Et, euh, la pâte à choux, donc qui est la base de la gougère, en fait, c’était la première que les apprentis-marmitons (2) fabriquaient parce que c’était la plus facile à faire, apparemment. Donc c’est pas très difficile comme recette. Euh, ce… donc je vais vous donner la recette. Il faut 10 centilitres d’eau, une pincée de sel (3), 50 grammes de beurre, si je me rappelle bien, 100 grammes de farine et trois œufs. Donc la première étape : on fait fondre le beurre dans l’eau en mettant dans une casserole à feu vif. Quand le beurre est fondu et que l’eau commence à bouillonner, on arrête le feu. Hors du feu (4), on, on met la farine, en mélangeant bien et ensuite, on passe à une étape qui s’appelle le desséchage de la pâte. Donc on remet la pâte sur le feu, on continue à mélanger jusqu’à ce que… une partie de l’eau s’évapore. En fait, la pâte devient très sèche, se détache (5) de la cuillère et du, de la casserole. Ensuite, quand la pâte est bien desséchée, on arrête le feu, on va incorporer les œufs l’un après l’autre. Euh, donc chaque œuf doit être bien incorporé avant de mettre le suivant. Donc trois œufs ou quatre s’ils sont petits. Puis, donc pour faire des… ça c’est la pâte à choux, basique, donc elle peut être salée (6) ou sucrée (7). Ah oui, j’ai oublié ! Une pincée de sel, on la met dans l’eau au départ (8) ! Et, on peut ajouter, donc si on veut faire des choux, on les fait cuire nature et on les fourre de crème (9). Si on veut faire des gougères, donc qui sont des petits choux salés, on peut ajouter du fromage, du jambon, euh, ou bien des noix et du roquefort comme j’ai fait l’autre jour. Voilà ! C’est fini !
Gabrielle : Et on les mange froids, chauds ?
Isabelle : Et on les mange de préférence chauds.
Gabrielle : Eh ben merci et, on va déguster, maintenant, il en reste !


Remarques de vocabulaire :
1) Illustré = avec des images.
2) Les apprentis-marmitons = les apprentis-cuisiniers.
3) Une pincée de sel = une toute petite quantité de sel.
4) Hors du feu ≠ sur le feu.
5) Se détacher = ne pas rester sur la cuillère.
6) Salée = avec du sel.
7) Sucrée = avec du sucre.
8) Au départ = au début, pour commencer.
9) On les fourre de crème = on met de la crème dans le chou.



Remarques culturelles :
Et comme on comprend mieux une recette de cuisine quand on la regarde, j’ai trouvé une version vidéo de la recette des gougères, un peu différente de la recette d’Isabelle mais probablement très bonne aussi… Testez-la ! C’est ici : accéder à la recette !

Et si vous êtes motivés, vous pouvez même faire des choux à la crème : vous trouverez la recette de la crème sur le site Internet Marmiton par exemple...


Bon appétit !