BONJOUR ET BIENVENUE SUR LE BLOG GABFLE !




Vous apprenez le français et vous voulez progresser ?

Ce blog est fait pour vous !

Sur GABFLE, il y a des interviews authentiques de personnes francophones, à écouter ou à lire,
des exercices, des remarques de grammaire, de vocabulaire, de prononciation.

Testez ce blog, et laissez des commentaires, ou contactez-moi :



À bientôt !






mardi 29 septembre 2009

DOCUMENT AUDIO pour le niveau B2 (Arnaud) :


La rentrée d’Arnaud !




En septembre, c’est en France la rentrée scolaire mais aussi le début de la récolte du raisin. Arnaud a 20 ans et le vin, il connaît cela très bien ! Mais pourquoi ? Écoutez son interview, vous comprendrez tout !










PRÉPARATION AVANT D’ÉCOUTER :
Tout d’abord, je vous propose de faire cet exercice de vocabulaire sur l’univers du vin qui vous aidera à mieux comprendre l’interview d’Arnaud
.










DOCUMENT AUDIO (2 minutes 39) :
Maintenant, écoutez l'interview une première fois pour comprendre globalement de quoi parle Arnaud.





Puis, avant d’écouter de nouveau l’interview, vous pouvez lire ces questions qui vous indiquent quelles informations vous allez devoir trouver.

1. Quel diplôme prépare Arnaud ?
2. Où est-ce qu’il fait son stage ?
3. Pour la partie « production », que doit faire Arnaud ?
4. La « vinification », qu’est-ce que c’est ?
5. Qu’a-t-il aussi dû faire pendant son stage ?
6. Quel est le titre exact du diplôme d’Arnaud ?
7. Qu’est-ce qui n’est pas payé à Arnaud ?
8. Quelle rémunération reçoit Arnaud ?
9. Que pense-t-il de sa rémunération ?
10. En stage, combien d’heures fait-il par semaine ?
11. À l’école, combien d’heures fait-il par semaine ?
12. Quel point négatif voit-il à sa formation ?


Écoutez ensuite de nouveau l’interview. Vous pouvez faire l’exercice ci-dessous en même temps.










EXERCICE :
Et pour chaque question, choisissez la réponse correcte.







































TRANSCRIPTION :
Lisez enfin la transcription de l’interview et les remarques pour mieux comprendre comment Arnaud s'exprime.


Gabrielle : Tiens, Arnaud tu pourrais nous expliquer ce que* tu fais dans la vie (a) ?
Arnaud : Ce que (1) je fais dans la vie ? Donc c’est un stage, enfin**, c’est un stage, c’est un BTS (A), un Brevet de Technicien Supérieur agricole, donc par apprentissage. Donc voilà, donc c’est, c’est une alternance de deux semaines, je travaille chez un patron à Saussignac, une petite ville de la Dordogne (B) et, euh, c’est une exploitation viticole donc je fais un peu de commerce, de production, la partie production, donc tout ce qui est* l’entretien de la vigne et un peu de chai, donc la vinification, l’élaboration du vin. Et ensuite j’ai été envoyé quelquefois par mon patron pour aller vendre, enfin pour aller prospecter des cavistes (b).
Gabrielle : D’accord, rechercher des clients, donc.
Arnaud : Rechercher des clients, voilà, pour vendre le vin. Donc, euh, du coup, euh, pendant les deux autres semaines du mois, je suis en cours, je fais mes 35 heures syndicales (C). On est payés pour aller en cours en fait, voilà. Et donc voilà, on va être formés pour être des « commercials », enfin, des commerciaux (2) !
Gabrielle : D’ailleurs ! C’est vrai.
Arnaud : Des commerciaux purs, et puis…
Gabrielle : Donc c’est un BTS commerce et… vinification ? C’est quoi l’intitulé ?
Arnaud : C’est « boissons, vins et spiritueux (c) ». [Ah ouais…] Technico-commercial.
Gabrielle : D’accord, tout ce qui concerne les bonnes choses à boire. Et tu disais, tu es*** rémunéré (d) en fait ?
Arnaud : Je suis rémunéré… je parle de mon salaire ?
Gabrielle : Comme tu veux !
Arnaud : On est rémunérés selon l’âge, c’est-à-dire : plus on est âgé, plus on est payé. Plus on fait d’heures, plus on est payé.
Gabrielle : Aussi.
Arnaud : Par contre (e) les heures sup (f) ne sont pas payées…
Gabrielle : Dommage.
Arnaud : Et donc voilà, on est rémunéré, je suis rémunéré 800 euros par mois, pour 40 heures de boulot (g), ce qui est intéressant pour… pour être à mi-temps.
Gabrielle : Ouais, ouais. 40 heures de boulot par ?...
Arnaud : Pour deux semaines, [pour deux semaines] et après, à l’école c’est 35 heures.[D’accord] C’est assez précis, c’est…
Gabrielle : Et c’est bien ? Tu aimes bien ? Qu’est-ce que tu en penses, de tout ça ?
Arnaud : Oui, c’est, c’est intéressant. Bon, c’est beaucoup de boulot. La première année, bon, c’est assez cool, mais la deuxième année, c’est… 3 projets à faire, un rapport de stage, euh, plus le travail à l’entreprise, à l’école, les examens, donc ça va être intense, là ! Une année, très intense, là, qui, qui s’annonce.
Gabrielle : Oui, parce que là, tu vas rentrer en deuxième année.
Arnaud : Voilà.
Gabrielle : Ouais, ouais. Bon courage, alors !
Arnaud : Eh bé**** merci beaucoup, il en faudra (3) !

Remarques de grammaire :
1) Ce que : « Qu’est-ce que … » : s’utilise dans les questions ou les exclamations de surprise. Exemples : « Qu’est-ce que tu bois ? » (je demande) et « Qu’est-ce que tu bois ! » (je trouve que tu bois beaucoup). Mais « ce que » s’utilise dans les autres phrases, en début ou après un autre verbe introducteur. Exemples : « Ce que je préfère, c’est le bordeaux », « Il ne sait pas ce qu’il veut ».
2) Des « commercials », enfin, des commerciaux : le pluriel correct est en effet « commerciaux », Arnaud a vite réalisé sa confusion. Vous voyez, même les Français s’y perdent, dans tous ces cas particuliers, donc pas d’inquiétude si vous avez des doute sur un féminin ou un pluriel. ;-)
Mais pour rendre tout ça plus clair, notez tout de même que tous les noms en « -al » se terminent en « -aux » (journal à journaux par exemple) sauf ceux de la liste suivante : « bal, carnaval, chacal, festival, récital, régal, cal » qui prennent un « -s » au pluriel pour se transformer en « –als » au pluriel : un bal à des bals.
3) Il en faudra = il faudra du courage. « En » reprend (et évite de répéter) un groupe de mots commençant par « de », « d’ », « du », « de la », « de l’ », « des ». Exemple : « Parlez du blog Gabfle à vos amis, parlez-en beaucoup ! ».

Remarques de vocabulaire :
a) Tu pourrais nous expliquer ce que tu fais dans la vie ? = Qu’est-ce que tu fais dans la vie ? = Tu travailles ou tu es étudiant(e) ?
b) Des cavistes = (ici) des marchands de vin.
c) Des spiritueux = des boissons fortes en alcool.
d) Tu es rémunéré = tu es payé.
e) Par contre = une forme à utiliser à l’orale. A l’écrit, « en revanche » est jugé plus corrects.
f) Les heures sup = les heures supplémentaires.
g) Le boulot = le travail en français familier.

Remarques culturelles :
A) Le BTS : cette formation dure deux ans et se prépare souvent dans des lycées offrant une formation post-baccalauréat. Il y a des BTS dans de nombreux domaines (agriculture, secrétariat, comptabilité, santé, électricité, etc.).
B) La Dordogne : c’est un département du Sud-ouest de la France, à l’est de la Gironde et de Bordeaux. La Dordogne correspond à la région historique du Périgord : c’est un département connu pour la ville de Sarlat, celle de Périgueux, les grottes de Lascaux, le site des Eyzies etc. etc. ! Vous pouvez visiter ici le site Internet du comité du tourisme de la Dordogne.


C) 35 heures syndicales : c’est une expression pour désigner le temps de travail hebdomadaire règlementaire. La majorité des Français travaillent 35 heures par semaine mais dans la réalité, certaines professions ont un régime spécial (39 ou 40 heures par semaine).

Remarques sur la prononciation et les habitudes de langage :
* Ce que / Ce qui : ces structures sont très souvent prononcées « skeu », « ski » ! (Tout ce qui est = tout ce qui concerne le… / la… / les…).
** Enfin : pour rectifier une information, on l’annonce souvent par « enfin », souvent presque prononcé « ‘fin » !
*** Tu es : ici, j’ai prononcé « t’es ». Cette simplification (devant une voyelle) peut s’utiliser à l’oral mais pas à l’écrit. En revanche, il est obligatoire de dire ET d’écrire « j’ » devant une voyelle.
**** Eh bé = une habitude du Sud de la France pour dire « Eh bien ». Dans d’autres régions, on dira plutôt « Eh ben ».

mercredi 23 septembre 2009

DOCUMENT AUDIO pour le niveau A1 (Jeanne) :

Jeanne a voyagé en France !



Jeanne a un peu plus de 30 ans. Elle est née à Riga (en Lettonie) mais elle habite à Barcelone (en Espagne) depuis longtemps. Elle parle couramment français parce qu’elle est professeur de français.







DOCUMENT AUDIO (48 secondes) :
Pour commencer, écoutez l'interview une première fois (sans faire l’exercice) pour comprendre l’idée générale.






Puis, avant d’écouter de nouveau l’interview, lisez ces questions.

1) Qui est Sabrina ?
Une tante de Jeanne.
Une amie de Jeanne.
Une collègue de Jeanne.


2) Qui est Adèle ?
La sœur de Sabrina.
La fille de Sabrina.
La cousine de Sabrina.


3) Qui est Katia ?
Une copine de Jeanne.
Une voisine de Jeanne.
Une cousine de Jeanne.


4) Jeanne a dormi seulement un peu en France.
Oui.
Non.


5) Jeanne a joué avec un bébé.
Oui.
Non.


6) Jusqu’à quel jour Jeanne reste en France ?
Jusqu’à samedi.
Jusqu’à dimanche.
Jusqu’à lundi.




Écoutez ensuite encore l’interview. Vous pouvez faire le quizz en même temps.






EXERCICE :
Et maintenant, pour chaque question, choisissez la réponse correcte.



































TRANSCRIPTION :
Lisez enfin la transcription de l’interview et les remarques pour mieux comprendre comment Jeanne parle.


Gab : Oui, pourquoi est-ce que tu es en France ?
Jeanne : Ah, pourquoi je suis en France ? Parce que je suis venue (a), je suis venue voir Sabrina, une amie à moi, qui est française et qui, ça fait pas longtemps (1), a accouché (2) d’une petite fille qui s’appelle Adèle. Et je suis venue les voir et aussi une copine (3) qui s’appelle Katia qui habite aussi en France.
Gab : Et qu’est-ce que tu as fait depuis ton arrivée en France ?
Jeanne : Ben (b), j’ai profité (4) de la culture gastronomique française, à fond (5). Euh (c), je me suis promenée (6), j’ai beaucoup dormi, euh, j’ai joué avec le bébé de mon amie. Voilà, c’est tout !
Gab : D’accord. Et tu restes jusqu’à quand ?
Jeanne : Je reste jusqu’à dimanche parce que lundi je dois rentrer au travail.
Gab : D’accord. Bonne fin de vacances.
Jeanne : Merci beaucoup ! Au revoir.



Remarques de vocabulaire :
1. Ça fait pas longtemps = peu de temps avant, quelques semaines avant.
2. Accoucher = faire naître un bébé, avoir un bébé.
3. Une copine = une amie. (Et un « copain » = un ami).
4. Profiter de = prendre plaisir à faire quelque chose.
5. À fond = beaucoup (en français non-standard).
6. Se promener = marcher pour le plaisir, pour visiter. Le verbe « se promener » est ici au passé composé.


Remarques sur la prononciation et les habitudes de langage :
a) Je suis venue : comme presque toutes les personnes qui ont l’habitude de parler français, Jeanne dit « chui venue » quand elle parle vite. Le verbe « venir » est ici au passé composé.
b) Ben = « Eh bien ». On dit souvent « ben » pour commencer une explication.
c) Euh : on dit « euh » quand on cherche ses idées, quand on hésite un peu.



samedi 19 septembre 2009

DOCUMENT AUDIO pour le niveau B1 (Julien) :


Julien parle de sa vie !






Julien a 23 ans, il habite dans le Sud-ouest de la France. Il travaille déjà, il est agriculteur. Écoutez-le parler de son travail, mais aussi de ses loisirs.




Petite remarque :
Cette discussion a été enregistrée pendant une fête, il y a donc assez de bruit mais c’est un bon entraînement pour comprendre le français même dans les situations les moins claires. ;-)




DOCUMENT AUDIO (2 minutes 23) :
Tout d’abord, je vous propose d’écouter l'interview une première fois, sans faire l’exercice, pour comprendre globalement de quoi il s’agit.






Puis, avant d’écouter de nouveau l’interview, vous pouvez lire ces questions qui vous indiquent quelles informations vous allez devoir comprendre.

1. Depuis combien de temps Julien travaille-t-il ?
2. Où travaille-t-il ?
3. Que fait Julien en tant que viticulteur ?
4. Quel autre produit fabrique Julien ?
5. Pourquoi n’est-il pas encore chef d’entreprise ?
6. Pour faire ce métier, qu’est-ce qui facilite les choses ?
7. Comment sont les relations avec les autres au travail ?
8. Quel est son loisir principal ?
9. Comment sont les relations avec les autres personnes du club ?

10. Qu’est-ce qu’il aime bien dans son club de sport ?





Écoutez ensuite de nouveau l’interview. Vous pouvez faire l’exercice ci-dessous en même temps.






EXERCICE :
Et maintenant, pour chaque question, choisissez la réponse correcte.











Des vignes avec des raisins mûrs :















TRANSCRIPTION :
Lisez enfin la transcription de l’interview et les remarques pour mieux comprendre comment Julien s'exprime.


Gabrielle : Julien, tiens (1), tu pourrais te présenter, peut-être ?
Julien : Bé (2) oui. Donc (3) je m’appelle Julien Doche. J’habite en Gironde, près de Sainte-Foy-la-Grande, aux Lèves. Donc voilà (4), j’ai 23 ans. Ça fait deux ans que je travaille (a), chez mes parents, du coup (5), donc voilà (4). J’ai pour but de m’installer (A) d’ici, d’ici (b) quelques années, quoi (6).
Gabrielle : Et qu’est-ce que tu fais ? Tu l’as pas dit (c) !
Julien :
Et donc, euh (7), oui, je suis (8) viticulteur (B) et pruniculteur (C). Voilà, ouais (9), bé viticulteur, en fait (10), ouais, c’est tous les travaux de la vigne, quoi, euh. Donc nous, en fait, on n’a pas de chai (D) donc on fait que…, on produit du raisin et en fait après, on travaille avec une cave coopérative. Et, euh, par contre (E) en pruneaux, euh, c’est nous qui nous les transformons, quoi. Donc, voilà. Donc, voilà. Donc, euh, oui, comme je dis, pour l’instant, ouais, donc je suis salarié (F), je me perfectionne (G) encore, quoi, donc, donc voilà au fur et à mesure (H) d’apprendre, d’écouter un peu, un peu tout le monde, et tout ça, quand je peux, donc euh… [Mathilde, 4 ans arrive dans la discussion : Gabrielle, on veut dessiner ! Marie, sa mère : Non, mais, Mathilde ! ]
Gabrielle : Et de travailler avec tes parents, c’est bien ?
Julien : Bé, euh… Bé disons que, voilà, on a déjà une propriété (I) donc, euh, [Marie : Eh, c’est non !] c’est vrai que ça facilite les choses pour ce milieu, pour ce métier-là, c’est pas, c’est pas hyper difficile comme ça de démarrer (J), donc euh, c’est quand même intéressant, quoi. Maintenant, c’est sûr, travailler avec les parents des fois, c’est pas hyper facile, voilà, mais ça va, quoi !
Gabrielle : On y arrive ! (K)
Julien : Faut pas se plaindre ! (L) Voilà, voilà, voilà !
Gabrielle : Et en dehors du travail, tu as des loisirs ?
Julien : Et voilà, en dehors du travail, ouais, j’ai les copains, le week-end, la famille et puis le foot (M) aussi pour, pour 8 mois dans l’année, quoi. Donc week-ends : les matches et entraînement la semaine. Donc voilà ! Et donc, donc c’est pareil, c’est un petit club de Lot-et-Garonne à 4-5 kilomètres de, de la maison, à Saint-Sernin. Donc euh, c’est, c’est sympathique, quoi, c’est un petit club, on s’entend tous (N), voilà, quoi ! On se voit souvent, même on sort ensemble, donc c’est sympa, quoi.
Gabrielle : C’est des copains aussi, plus que des copains de football.
Julien : Voilà, oui, oui, carrément (O) ! Et en plus, euh, mélange, mélange de culture, parce que… il y a, il y a aussi bien des Anglais, que Chiliens, que Maghrébins, il y a de tout, quoi, donc euh… c’est sympa aussi, quoi. On apprend, on apprend de nouvelles choses. Sympa, quoi !
Gabrielle : Très bien. Bé merci Julien.
Julien : Ouais, bé, de rien, de rien !

Remarques de grammaire :
a) Ça fait deux ans que je travaille = « Il y a deux ans que je travaille », = « Je travaille depuis deux ans ».
b) D’ici = dans. On utilise ces 2 indicateurs de temps pour parler d’un moment futur. « DANS » s’utilise pour dater simplement --> exemple : « Aujourd’hui, on est samedi, dans deux jours, c’est lundi ». « D’ICI » s’utilise pour dire « dans peu de temps » --> exemple : « Il est 5 heures, d’ici 1 heure, j’aurai fini ce billet de blog ». Julien montre en utilisant « d’ici » que cette période de quelques années ne lui semble pas trop longue.
c) Tu l’as pas dit : La forme correcte est bien sûr « Tu ne l’as pas dit » mais oublier le « ne » est l’erreur la plus courante en français. On ne la remarque même plus !

Remarques de vocabulaire :
A) S’installer = s’établir de façon durable. Quand un jeune agriculteur parle de « s’installer », il veut dire qu’il va devenir responsable de sa propre exploitation (il va l'acheter ou la reprendre de ses parents).
B) Un viticulteur = un agriculteur qui cultive de la vigne (les petits arbres), pour récolter des raisins (les fruits), dans le but de produire du vin (la boisson).
C) Un pruniculteur = un agriculteur qui cultive des pruniers (les arbres) pour récolter des prunes (les fruits).
D) Un chai = un endroit où on fabrique et où on stocke du vin. Mais ce mot n’est pas utilisé dans toutes les régions de France, on peut parfois dire « une cave ».
E) Par contre = au contraire. On utilise beaucoup « par contre » pour dire « mais ».
F) Un salarié = un employé.
G) Se perfectionner = s’améliorer.
H) Au fur et à mesure = progressivement.
I) Une propriété = (ici) une exploitation agricole avec des terres, des cultures, des bâtiments, etc.
J) Démarrer = (ici) commencer.
K) On y arrive ! = « On trouve des possibilités ». « Y arriver » = trouver une solution pour faire quelque chose.
L) Se plaindre = exprimer son mécontentement.
Faut pas se plaindre ! = « Ça pourrait être pire », « Ça va bien malgré tout ».
M) Le foot = le football. (mais le footing = le jogging !)
N) On s’entend tous = « On s’entend tous bien » = « On a de bonnes relations ».
O) Carrément ! = une expression dans une utilisation très actuelle qui signifie « vraiment ». D’autres expression du même type utilisées : « Tout à fait ! », « Absolument !», « Complètement ! ».

Remarques sur la prononciation et les habitudes de langage :
1) Tiens : a pour origine l’impératif du verbe « tenir ». Quand on donne quelque chose à quelqu’un, on dit « Tiens ! » ou « Tenez ! » (tout comme « Voilà ! », à l’origine, l’idée était de dire « Prends ! »). Par extension, on dit aussi « Tiens. » ou « Tenez. » quand on donne la parole à quelqu’un, comme ici. Mais parfois, « Tiens ! » ou « Tenez ! » peuvent exprimer une idée de surprise (avec une intonation exclamative) ; exemple : « Tiens, Julien, qu'est-ce que tu fais ici ? » (si je le rencontre par hasard dans la rue).
2) Bé : ce n’est pas un mot, plutôt une abréviation. C’est un peu la même chose que « ben » (déformation de « Bien » ou « Eh bien »), c’est souvent utilisé quand on commence une phrase ou parfois quand on hésite un peu. « Bé oui » est plutôt une habitude de langage du Sud de la France.
3) Donc : même si, normalement, « donc » exprime une idée de conclusion, ici, c’est plutôt pour « rassembler » ses idées et introduire des explications.
4) (Donc) voilà : c’est utilisé ou bien pour commencer une idée ou bien pour finir une idée qui a été un peu développée.
5) Du coup = donc. « Du coup » est une forme plus familière. Mais ici, « du coup » est utilisé comme un réflexe de langage, il n’y a pas vraiment de conclusion faite ici.
6) Quoi : en fin de phrase, c’est une habitude de langage que certaines personnes ont. C’est plutôt utilisé (un peu inconsciemment) comme une mini-conclusion d’une phrase, pour finir une explication brève. Mais souvent, ça n'a pas de vraie signification.
7) Euh : on utilise « euh » quand on hésite, quand on cherche ses mots.
8) Je suis : ici, Julien parle vite et prononce « chui ».
9) Ouais : c’est la forme familière de « Oui ».
10) En fait : à l’origine « en fait » sert à introduire une vraie explication. Mais maintenant, c’est très utilisé aussi en milieu ou fin de phrase pour signaler qu’on a expliqué une petite chose. L’utilisation d’« en fait » est comparable à celle de « Quoi ».

Remarques culturelles :

Pour voir où Julien habite, vous pouvez consulter cette carte interactive où j’ai mis aussi Bordeaux (parce que les raisins de Julien vont devenir du vin de Bordeaux) et Agen (car c’est la « capitale » du pruneau en France) !


Afficher Itinéraire vers Agen sur une carte plus grande


Et pour finir avec le sourire, voici une très vieille publicité pour les pruneaux d’Agen, elle date de 1984… C’est pour rire un peu, les techniques de pub ont beaucoup changé depuis ! J’ai mis les paroles de la chanson en-dessous pour vous aider à mieux la comprendre.


Pub pour les pruneaux d'Agen par odilederey

PAROLES :
"Pour bien secouer les pruniers,
Pour bien secouer les pruniers,
Il faut manger des pruneaux !
Il faut manger des pruneaux !
Avec trois kilos de prunes,
On fait un kilo de pruneaux.
Y'a du tonus dans le pruneau,
C’est ce qui nous rend costauds
Pour secouer tous ces pruniers
Pour secouer tous ces pruniers
Qui vont donner les bons pruneaux !
Qui vont donner les bons pruneaux !
Y’a du tonus dans le pruneau d’Agen !"

Y'a = il y a
Du tonus = de l’énergie.
Costauds = forts, avec de gros muscles.