BONJOUR ET BIENVENUE SUR LE BLOG GABFLE !




Vous apprenez le français et vous voulez progresser ?

Ce blog est fait pour vous !

Sur GABFLE, il y a des interviews authentiques de personnes francophones, à écouter ou à lire,
des exercices, des remarques de grammaire, de vocabulaire, de prononciation.

Testez ce blog, et laissez des commentaires, ou contactez-moi :



À bientôt !






mercredi 26 août 2009

DOCUMENT AUDIO pour le niveau B1 (Les cyclotouristes) :

Les cyclotouristes ont des projets de vacances.



Vous connaissez peut-être les cyclotouristes, je les ai déjà interviewés sur ce blog. Ils ont une vingtaine d’années et ils vivent maintenant à Paris. Fin juin 2009, ils m’ont parlé de leurs projets de vacances pour l’été.





PRÉPARATION :
Pour commencer, je vous propose de faire ce quizz de vocabulaire pour réviser le vocabulaire du cyclotourisme.






DOCUMENT AUDIO (2 minutes 34) :
Puis je vous propose d’écouter l'interview une première fois, sans faire l’exercice, pour comprendre globalement de quoi il s’agit.





Et avant d’écouter de nouveau l’interview, vous pouvez lire ces questions qui vous indiquent quelles informations vous allez devoir comprendre.

1) Dans quelle zone de la France les cyclotouristes veulent-ils aller ?
2) Quelle déclaration pas très sérieuse fait la cyclotouriste ?
3) Comment est-ce qu’ils transportent leurs affaires ?
4) Quel type d’hébergement ont-ils choisi ?
5) Pourquoi ne prennent-ils pas de sacs à dos ?
6) Quelle anecdote raconte la cyclotouriste sur leur dernier voyage ?
7) Qu’est-ce qu’ils ont donc fait ?
8) Combien de semaines de vacances est-ce qu’ils ont ?


Écoutez ensuite l’interview de nouveau. Vous pouvez faire l’exercice ci-dessous en même temps.




EXERCICE :
Et maintenant, pour chaque question, choisissez la réponse correcte.




















TRANSCRIPTION :
Lisez enfin la transcription de l’interview et les remarques pour mieux comprendre comment les cyclotouristes s'expriment.

Gabrielle : Bon, les cyclotouristes, je crois* que vous avez déjà programmé vos vacances, non ? Qu’est-ce que vous allez faire (1) ?
Elle : On va faire (1) du vélo !
Gabrielle : Ben oui !
Elle : En août.
Gabrielle : En août, oui ?
Elle : En août. On sait pas où on va aller. Dans le sud. On va partir de… d’un endroit indéterminé dans le sud de la France, je ne dirai pas (1) où. Et ensuite, on va faire du vélo droit devant, jusqu’à, jusqu’à ce qu’on trouve un endroit qui nous plaise et puis après, on cherche un village avec une jolie vue et des collines et puis une maison à vendre et puis on va acheter une maison et on va s’installer.
Gabrielle : C’est vrai, ça ?
Elle : Oui, c’est vrai !
Gabrielle : D’accord, est-ce que tu es d’accord avec ce qu’elle vient de dire (2) ?
Lui : Euh, alors, pour la maison, euh**, on sait pas, on sait pas encore mais c’est dans nos projets effectivement (a). [Gabrielle : Ouais***.] Euh, sinon, euh, on va, on va te parler de notre équipement... [Gabrielle : Ouais, c’est sympa, ça.] …euh, de cycliste. Alors, on a deux sacoches que JE traîne (b) sur mon vélo, [Gabrielle : Ouais.] sur le porte-bagages (c) et dans lesquelles on met tous nos vêtements, euh, ainsi que le matériel de réparation du vélo…
Elle : Une tente (d) !
Lui : Et une tente, euh, une tente qu’on accroche (e) au… par-dessus les sacoches et qui nous sert, euh, en camping.
Gabrielle : Donc vous n’avez pas de sacs à dos, vous avez seulement les sacoches sur le vélo…
Lui : Non, pas de sac à dos, ce serait (3) trop, euh, ce serait trop lourd à porter sur les épaules.
Elle : Et puis on suerait (3) (f) trop à cause du soleil. Et, euh… qu’est-ce qu’on a oublié ? Ah, oui, on a aussi des sacs de couchage, et d’ailleurs (g), on en a perdu un lors de notre dernière équipée, parce qu’il était mal fixé.
Gabrielle : Ah mince (h) !
Elle : Et Olivier est retourné en arrière… [rires] Pardon, le « cyclotouriste mâle » est retourné en arrière et il a fait plusieurs kilomètres, mais on n’a pas retrouvé, jamais, le sac de couchage, malheureusement, c’était seulement, euh, peut-être 15 kilomètres après le départ, donc on était un peu dégoûtés (i), on va dire, et puis du coup (j), on est allés au Décathlon (A) de Niort, racheter un sac de couchage. Voilà, donc ce jour-là, on n’a pas fait beaucoup de marche… de vélo, pardon ! [rires]
Gabrielle : D’accord ! Donc vous partez (4) quel jour, vous… combien de semaines vous allez rouler ? C’est décidé ?
Lui : À peu près deux semaines.
Elle : TROIS semaines !
Gabrielle : Trois semaines, voilà.
Lui : On prend trois semaines de vacances et on va, on va quand même prendre quelques jours de repos.
Gabrielle : D’accord ! Peut-être que… après, vous pourrez nous raconter tout ce que vous avez fait
Lui : Ah, ben, ce serait avec plaisir !
Gabrielle : Parfait, alors ! Impeccable ! Merci beaucoup !
Elle : Merci Nelson (B) !
Lui : Merci !


Remarque générale :
Les cyclotouristes voulaient rester anonymes mais à cause de LA cyclotouriste, vous savez maintenant que LE cyclotouriste s’appelle « Olivier ». Mais comment s’appelle LA cyclotouriste ? Vous le saurez sans doute au prochain épisode s’ils acceptent de sortir officiellement de l’anonymat… ;-)


Remarques de vocabulaire :
a) Effectivement = en effet (pour confirmer une affirmation).
b) Traîner = porter, ou tirer (on utilise ce verbe quand l’action est difficile).
c) Le porte-bagages = la partie arrière du vélo où on peut fixer des bagages.
d) Une tente = pour dormir en camping. Mais une tante = la sœur de mon père ou de ma mère. La prononciation des deux mots est la même.
e) Accrocher = fixer.
f) Suer = transpirer.
g) D’ailleurs : on dit « d’ailleurs » quand quelque chose qu’on dit nous fait penser à une autre chose. La cyclotouriste a parlé des sacs de couchage et ça lui fait penser à l’histoire du dernier voyage. Donc elle commence dit « d’ailleurs » puis elle commence à parler de l’histoire du sac de couchage perdu.
h) Mince = « Zut ! », = « Dommage ! ».
i) On était un peu dégoûtés = on a ressenti de la déception.
j) Du coup = donc (mais « du coup » est plus familier).



Remarques de grammaire :

1) LES FUTURS :
Futur proche : Vous allez faire / On va faire : on peut remarquer que les cyclotouristes utilisent le ce temps pour parler de leurs futures vacances. Quand on présente un programme de vacances, on utilise plus souvent le futur proche. La probabilité de réalisation de ces actions est très forte. Si vous voulez réviser la formation du futur proche, utilisez par exemple le site Polarfle.
Futur simple : Je ne dirai pas : on a ici le futur simple pour parler de quelque chose qui est programmé. La probabilité de « dire » est très faible (il y a en plus ici la négation) donc on a choisi le futur simple. Si vous voulez réviser la formation du futur simple, utilisez par exemple le site Polarfle.
Différence futur proche / futur simple : C’est difficile de donner des exemples hors du contexte d’utilisation mais regardons ces exemples pour mieux comprendre :
- « Pendant les vacances, on fera du canoë, on ira nager, ou on jouera au tennis. » --> on ne sait pas exactement ce qu’on fera, les trois options sont possibles, on met « ou » et le futur simple.
- « Pendant les vacances, on va faire du canoë et on va aller nager. » --> on sait qu’on va faire les deux, on peut mettre « et » et le futur proche.
Mais cette différence n’est pas aussi simple que ça.
Certaines situations (ici et maintenant) obligent à utiliser le futur proche « Attention, tu vas tomber ! ». « Regarde, il va pleuvoir ! »
Et dans les phrases complexes, avec « quand », on préfère en général le futur simple : « On s’arrêtera quand on sera trop fatigués ». « Quand on sera à Castelnaudary, on mangera un cassoulet ».
Et dans les phrases avec « si », le verbe après « si » doit être au présent : « S’il fait trop chaud, on fera des pauses ».


2) LE PASSÉ RÉCENT :
Ce qu’elle vient de dire = ce qu’elle a dit juste avant. Venir de + infinitif = le passé récent (ou passé proche). Si vous voulez réviser la formation du passé récent, utilisez par exemple le site Polarfle.

3) LE CONDITIONNEL PRÉSENT :
Ce serait / On suerait : ces deux verbes sont au conditionnel car les cyclotouristes font une hypothèse, ils parlent de situations qui n’existent pas. Ils ne sont pas sûrs de ces situations, ils les imaginent seulement.

4) LE PRÉSENT À VALEUR DE FUTUR :
Vous partez souvent :
on utilise le présent à la place du futur proche. Exemple : « Qu’est-ce que tu fais demain soir ? Demain soir, je vais au cinéma. »


Remarques sur la prononciation et les habitudes de langage :* Je crois : ici, j’ai prononcé « j’crois ». Cette dernière forme ne s’écrit pas mais cette prononciation est très courante.
** Euh = on dit « euh » quand on hésite, quand on cherche ses mots.
*** Ouais = la forme familière de « oui ».


Remarques culturelles :
A) Décathlon : chaîne de magasins d’articles pour le sport.
B) « Merci Nelson ! » : Nelson Monfort est un animateur et journaliste de la télévision française qui est très connu. La cyclotouriste plaisante car je parle probablement un peu comme une journaliste sportive dans cette interview !



Aucun commentaire: